ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Les réfugiés ivoiriens en Guinée -- Guinée

Script

NARRATION: 1. La Guinée est connue comme étant une terre d'asile pour les réfugiés. Elle a abrité des dizaines de milliers de personnes déplacées des pays voisins de la Sierra Leone, la Côte d'Ivoire et le Libéria où les guerres civiles sévissaient. Plus de 4.000 réfugiés sont venus en Guinée à cause de l'intensification récente de la violence en Côte d'Ivoire, mais leur vie est difficile ici. (23”) 2. Suleiman a trouvé refuge en Guinée il y a huit ans durant la guerre civile de l'époque. Il a eu la chance de pouvoir suivre des cours de formation offerts par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés. Mais c'est apparemment la seule chance qu'il a eue dans cet asile. Il n'a pas réussi à trouver de travail depuis qu'il a passé ses examens de technicien informaticien bien que tous ses camarades de classe aient pu trouver du travail. (26”) JUMANDE SULEIMAN (en patois): « Je me sens mal à cause de ça. Je n'ai pas de travail. Si j'étais employé, je pourrais faire des choses que je ne peux pas faire en ce moment. Alors, qu'est-ce que je fais ? Je lave les linges de mes amis. Vous feriez ça, vous? Ça m'étonnerait. » (15.5”) JUMANDE SULEIMAN FOND EN LARMES NARRATION: 3. Il fait tout ce qu'il peut depuis 8 ans, mais cette situation est devenue insupportable pour ce jeune homme qui perd tout espoir d'une vie meilleure. (7.5”) 4. Il a rencontré Navi Pillay, la Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'homme, durant sa visite en Guinée où elle a exprimé ses inquiétudes au sujet de l'afflux important de réfugiés qui fuient l'insécurité du pays voisin de la Côte d'Ivoire. (12.5”) NAVI PILLAY (en anglais): « Je suis inquiète du fait qu'en Guinée, certains réfugiés sont ici depuis longtemps. La discrimination existe et même ceux qui sont instruits et formés n'arrivent pas à trouver de travail. J'ai l'intention de parler de ceci avec le gouvernement durant ma mission en Guinée. » (18.5”) NARRATION: 5. Des centaines de nouveaux réfugiés s'installent dans le camp de réfugiés de Nzerekore près de la frontière guinéenne. Ils fuient l'actuel conflit de la Côte d'Ivoire. (10”) NASMA CAMARA (en français): « Avec la guerre, on voit des rebelles qui rentraient dans les maisons assassiner les gens… Donc on a eu peur, on a fuit… On m'a frappé là-bas, ils ont tué mon mari… » (12”) NARRATION: 6. Nasma Camara et sa fille Diafi ne sont pas arrivées récemment. Leurs enfants ont hérité de leur statut de réfugiés ainsi que des problèmes qui les accompagnent. (10”) 7. Ses enfants n'ont jamais pu aller à l'école depuis leur arrivée en Guinée à cause de leur statut de réfugiés – comme l'explique sa fille adulte. (8.5”) DIAFI (en patois): « Je n'ai pas apporté mon dossier scolaire. Je suis venue avec rien. Ils ne m'ont pas laissé aller à l'école lorsque j'ai montré mes papiers de réfugiée. » (13”) NARRATION: 8. Diafi et son frère ne sont pas allés à l'école. Elle a maintenant 20 ans et est mère d'une jeune fille. Elle craint que - comme elle autrefois – sa fille ne puisse être scolarisée. À cause de son statut de réfugiée, sa fille de deux ans n'a pu recevoir aucun soin médical - ni même être vaccinée - depuis sa naissance. (20”) 9. Les Nations Unies estiment que près d'un million et demi de personnes ont été dé¬placées par le récent conflit en Côte d'Ivoire. (7”) 10. Ils vivent tous en espérant que la paix l'emportera et que la sécurité reviendra sur la route du retour chez eux. (7.5”) 11. Ce reportage a été préparé par Christine Wambaa pour les Nations Unies. (5”)