ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

La science nucléaire au service de la préservation des œuvres d'art -- Roumanie

Script

NARRATION: 1. Le monde paisible du Père Ioan a été ébranlé le jour où il a trouvé des visiteurs qu'il ne voulait pas dans son église de Izvoarele en Roumanie. (7”) 2. Des insectes s'étaient installés dans les icônes précieuses de l'église et dévoraient le bois, menaçant de détruire ces œuvres d'art sacrées. (9”) 3. Ce prêtre de paroisse pensa alors que sa responsabilité était d'agir. (4.5”) LE PÈRE IOAN: (en roumain): « Au début, j'ai commencé par injecter des produits chimiques dans les trous, mais comme les icônes sont des objets épais la solution injectée ne pénétrait pas assez profondément et n'avait aucun effet. C'est pourquoi j'ai dû penser à une solution plus efficace. » ( 30”) NARRATION: 4. La solution est venue d'une source insolite – la radioactivité entreposée dans un bassin d'eau de six mètres de fond au centre de traitement radioactif à Bucarest. (10”) 5. Lorsqu'elle est allumée, cette source radioactive émet des puissants rayons gamma qui peuvent tuer les insectes, les bactéries et les moisissures. (8”) 6. L'installation sert principalement à stériliser le matériel médical et la nourriture mais elle peut aussi servir à irradier les œuvres d'art contaminées, comme les icônes infestées du Père Ioan. (12.5”) 7. Corneliu Ponta dirige l'installation de radioactivité de l'IRASM à Bucarest. (6”) CORNELIU PONTA (en anglais): « Nous pouvons traiter ici tout objet fait de produits naturels. Ces objets sont généralement attaqués par des agresseurs comme les insectes, particulièrement dans le cas du bois, ou des moisissures et autres micro-organismes tel que les bactéries. » (26”) NARRATION: 8. Avant le traitement, les microbiologistes font des tests sur les objets endommagés pour déterminer quelle est la cause de la contamination et quelle dose d'irradiation sera nécessaire pour la traiter. Les livres, tableaux, vêtements, instruments de musique – et même les momies – peuvent tous être traités et préservés par irradiation car celle-ci ne change pas les précieuse œuvres d'art qui ne courent aucun danger et ne deviennent pas radioactives. Le processus est rapide et efficace. (28”) 9. Valentin Moise est l'opérateur en chef à l'IRASM. (4”) VALENTIN MOISE (en anglais): « L'une des applications principales de l'irradiation est la stérilisation par radioactivité et, par extension, nous pouvons nous servir de l'irradiation pour rendre inactives toutes sortes de bactéries, de moisissures et d'organismes biologiques. » (15”) NARRATION: 10. Le Musée Aman est en train d'être rénové au centre de Bucarest. (5”) 11. L'humidité facilitait la reproduction des insectes et de la moisissure qui infestaient l'immeuble et ce qu'il contenait. (7”) 12. Ce genre de problème peut être traité avec des produits chimiques mais le musée a préféré l'irradiation. (5.5”) 13. Rodica Antonescu dirige les efforts de préservation du musée. (3.5”) RODICA ANTONESCU (en anglais): « Toute autre méthode serait plus onéreuse et nous ne pouvons pas nous permettre d'avoir tous ces instruments spéciaux. C'était aussi beaucoup plus risqué pour notre santé. » (18”) NARRATION: 14. Une fois le traitement terminé, les œuvres d'art sont retournées au musée où elles sont soigneusement restaurées. (5”) 15. Quant à l'église où les icônes ont été remises en place, le prêtre et la communauté sont contents des résultats et les insectes ont disparu. (8”) 16. Ce reportage a été préparé par Petr Pavlicek et Louise Potterton pour les Nations Unies. (5”)