ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

João Eliseu Souza Zanin, 1963 - 2010 

Général de division*** (Brésil)

João Eliseu Souza Zanin

Le général de division*** João Eliseu Souza Zanin, originaire du Brésil, se trouvait en Haïti pour une courte mission en tant qu'enquêteur national en coopération la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Il était arrivé en Haïti la veille du séisme.

João Eliseu est né et a grandi à Mirassol, dans l'État de São Paulo. Il quitta la maison familiale à l'âge de 15 ans pour aller au lycée à Campinas. Il intégra l'Académie militaire des Agulhas Negras, de Resende, à Rio de Janeiro. Ses amis se souviennent qu'il disait « je compte devenir général ».

Parmi les étapes importantes de sa carrière on compte notamment le poste de commandant adjoint du 26ème groupe d'artillerie à Campanha et celui de commandant du 15ème groupe d'artillerie à Lapa. Il travailla aussi dans le cabinet du Commandant des armées brésiliennes.

Il fut par ailleurs instructeur dans une école préparatoire pour les cadets à Campinas, São Paulo.

Bien qu'il eut été en mesure de prendre sa retraite après 30 ans de service militaire, il aimait tellement sa carrière qu'il accepta l'invitation de se rendre en Haïti pour deux mois afin de faciliter la rotation des troupes brésiliennes qui effectuent normalement une rotation tous les six mois.

L'annonce de sa mort a grandement attristé ses anciens collègues. L'un d'entre eux dit que « João Eliseu était un professionnel exemplaire, très bon et très compétent. C'est une perte pour l'armée. »

Le 22 janvier, une cérémonie s'est déroulée à la Base aérienne de Brasilia pour honorer João Eliseu et ses collègues tombés, en présence du Président Luiz Inácio Lula da Silva et de la première dame Marisa Letícia. Le Président Lula y a évoqué leur action pour la MINUSTAH comme « la plus noble mission humanitaire jamais menée par les forces armées brésiliennes ».

João Eliseu et ses collègues ont reçu une promotion, à titre posthume, et la médaille des soldats de la paix de leur pays pour leurs remarquables actes de courage et de bravoure dans des circonstances dangereuses.

João Eliseu laisse derrière lui son épouse, Cely, sa fille, Camille, âgée de 18 ans, son fils, Thiago, âgé de 16 ans, son père, Eliseu, et ses frères, Fabio et Fernando.