ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Hebert Moise, 1965 - 2010 

Chauffeur (Haïti)

Hebert Moise

Hebert Moise, originaire d'Haïti, était chauffeur à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). 

Il travailla dans de nombreuses missions des Nations Unies en Haïti, tout d'abord en 1994 en tant que chauffeur à la Mission civile internationale en Haïti (MICIVIH) — mission conjointe entre l'ONU et l'Organisation des États américains (OEA). Il travailla de 2002 à 2007 à la mission spéciale de l'OEA en Haïti et intégra la MINUSTAH en 2007.

« C'était l'un des membres clefs de notre équipe de la MICIVIH », explique un collègue. « Les chauffeurs sont toujours essentiels dans toutes les missions de l'ONU. Ils nous donnent un sentiment de sécurité accru, ce qui nous permet de mieux travailler. Ils nous permettent d'en savoir plus sur la culture, le contexte et la nuance d'événements tant exceptionnels que quotidiens qui définissent notre environnement de travail. Hebert ne constituait pas en cela une exception. »

« Cet homme calme et cultivé qui parlait créole, anglais, français et espagnol impressionnait ses amis et collègues par sa personnalité posée », explique un collègue.

« La première chose qui m'a impressionnée, c'est sa patience », observe une autre collègue qui travaillait avec Hebert. « C'est une qualité nécessaire pour un chauffeur, qui doit rester assis de longues heures dans un bureau ou dans un véhicule… Pendant les trois années passées en Haïti, je ne l'ai jamais vu perdre son sang-froid ni entendu critiquer quelqu'un. »

« C'était un homme travailleur et toujours prêt à venir en aide à ses collègues », comme le soulignent les personnes qui le connaissaient.

« Il m'aidait patiemment à apprendre le créole, répétant les mots et les phrases que je ne comprenais pas », explique un collègue.

« Lorsqu'il n'était pas en mission sur les routes d'Haïti, il passait voir si nous avions besoin d'aide. Il nous aidait à organiser la salle des dossiers et à classer les documents », se souvient une personne qui travaillait avec lui dans la Section de la finance de la Mission des Nations Unies en Haïti (UNMIH), mission antérieure à la MINUSTAH. « Compte tenu de son intérêt pour notre travail au bureau, le chef de la finance l'a promu clerc/ chauffeur. »

De confession chrétienne, Hebert était pasteur dans sa communauté à Kenscoff, explique un ami. « Il était religieux, mais gardait cependant sa foi pour lui, parce qu'il était très discret », explique-t-il.

Hebert traitait tout le monde avec respect. « Il estimait que si vous traitiez les autres avec respect, ils étaient également respectueux à votre égard », explique un collègue. « Hebert s'intégrait parfaitement dans notre environnement de travail car il était constamment de bonne humeur et avait toujours des choses positives à dire à d'autres collègues. »

Hebert laisse derrière lui sa femme, deux fils, une fille, ses parents, deux soeurs et deux frères.