ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Watanga « Didier » Lwango, 1971 - 2010 

Assistant à la vérification des comptes (République démocratique du Congo)

Watanga 'Didier' Lwango

Watanga Lwango, de nationalité congolaise (RDC) et communément appelé « Didier », entama sa carrière à l'ONU avec la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC), au Département des finances.

Quatre ans plus tard, il intégra le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (SC-SL) basé à Freetown, en 2005 et y travailla pendant trois ans comme agent de guichet à la section des finances.

À ce poste, il fut toujours reconnu comme un « vrai professionnel » et ses collègues plaisantaient souvent sur sa « grande gentillesse » car il distribuait les chèques de paie. Au travail, il faisait preuve de « grandes compétences », confirme un collègue du Tribunal.

Il quitta la Sierra Leone pour la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), cherchant « une meilleure sécurité de l'emploi » ou « un avenir meilleur », comme le disent deux de ses collègues. Il y joignit la section de l'audit interne du Bureau des services de contrôle interne (BSCI-OIOS), à Port-au-Prince.

« Didier était toujours calme, et souriait à tous ceux qui venaient vers lui. Il était chaleureux avec tous ceux qui le rencontraient pour la première fois », déclare une collègue, et une autre d'ajouter : « Son sourire était contagieux et il semblait toujours heureux, quelle que soit la situation. »

Il avait aussi le titre de « l'homme le mieux habillé en Sierra Leone », raconte un ami qui jure qu'il portait « une nouvelle cravate » chaque fois qu'il le rencontrait.

Un de ces collègues aujourd'hui en poste à Phnom Penh se rappelle à quel point il avait « les pieds sur terre et était amical », ainsi que son habitude de s'asseoir à table avec le personnel recruté au plan national à la cantine « Special Fork » et de savourer la cuisine locale.

« Didier était un vrai gentleman et je suis content d'avoir eu la chance de le connaître », déclare un de ses collègues de Sierra Leone.

Didier laisse derrière lui sa femme, Pacific, et ses deux filles, Victoria, âgée de 2 ans, et Marie-Ange, âgée de 2 mois.