ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Raniel Batista de Camargos, 1967 - 2010

Deuxième Lieutenant (Brésil)

Raniel Batista de Camargos

Le Deuxième Lieutenant Raniel Batista de Camargos, originaire du Brésil, était en Haïti depuis juin 2009 dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Raniel, dont la carrière militaire s'étend sur 21 ans, intégra en 1989 l'école de sergent de Três Corações (Minas Gerais), avant d'être stationné à Brasilia, Assis Brasil, Natal et Botucatu.

Avant de servir en Haïti, il appartenait au 37e Bataillon d'infanterie légère sis à Lins, à São Paulo, où il résidait.

« À l'âge de 6 ans, il aspirait déjà à être soldat », explique sa mère. Raniel lui a dit avoir « compris ce que signifiait la pauvreté lorsqu'il est arrivé en Haïti ».

« Ce qui me rend heureuse c'est de savoir que Raniel est mort en faisant ce qu'il a toujours voulu », confie son épouse. « Il est mort en héros ».

En plus de son devoir militaire, Raniel aidait là et quand il le pouvait. Alors qu'il était posté à Botucatu, il lança un projet avec l'aide d'une école locale du nom de « Citoyen du futur », qui supervisait les enfants en dehors des heures de classe afin de combattre la criminalité dans les rues.

« Il s'investissait toujours dans les causes sociales et était ravi de participer à une mission de paix. Un jour, lorsqu'un container d'essence a explosé dans notre rue, il est allé aider les gens. Il était comme ça », explique un membre de sa famille.

« Notre pays a perdu un citoyen honnête mais a trouvé un nouveau héros », déclare une de ses connaissances, qui ajoute : « je te félicite de ta formidable vie, Raniel ».

« Il était très aimable et aimait aider les gens », selon un ami. « Raniel, où que tu sois, saches que tu es toujours dans nos coeurs ».

Le 22 janvier, une cérémonie s'est déroulée à la Base aérienne de Brasilia pour honorer Raniel Batista de Camargos et ses collègues tombés, en présence du Président Luiz Inácio Lula da Silva et de la première dame Marisa Letícia. Le Président Lula y a évoqué leur action pour la MINUSTAH comme « la plus noble mission humanitaire jamais menée par les forces armées brésiliennes ».

Raniel et ses collègues ont reçu, à titre posthume, une promotion et la Médaille des soldats de la paix pour leurs remarquables actes de courage et de bravoure dans des circonstances dangereuses.

« Raniel a parlé avec sa fille Giovana de six ans, sur Skype, quelques heures avant le séisme pour lui souhaiter un joyeux anniversaire », explique le père de Raniel. Il devait revenir au Brésil rendre visite à sa famille fin janvier.

Raniel laisse derrière lui ses parents et sa femme, Heloisa, ainsi que ses deux enfants : Giovana, 6 ans, et Luis Gustavo, 2 ans.