ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Marcus Vinicius Macedo Cysneiros, 1968 - 2010

Colonel (Brésil)

Marcus Vinicius Macedo Cysneiros

Le Colonel Marcus Vinicius Macedo Cysneiros, originaire du Brésil, participait à une réunion au Siège de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) lorsque le séisme s'est produit.

Né à Niteroi (Sud-Est du Brésil), Marcus était attaché au Bureau du Commandant à Brasilia et stationnait avec la 8ème Brigade motorisée d'infanterie à Pelotas. Il était arrivé à Port-au-Prince en juillet 2009 pour une mission de maintien de la paix de six mois dans le cadre du 11ème contingent brésilien.

Aussi loin que sa famille se souvienne, Marcus voulut toujours faire une différence. « Il était profondément déterminé à agir en faveur de la justice », explique un membre de sa famille.

Après avoir intégré l'école militaire à l'âge de 13 ans, il fut diplômé de l'Academia Militar das Agulhas Negras (AMAN) avec une spécialité dans les armes d'infanterie en 1988.

Professionnel militaire décoré et expérimenté, il suivit une formation dans le domaine de la photographie, de l'analyse de l'information et de l'image, et du renseignement. C'était aussi un spécialiste de la gestion stratégique de l'information. Tout ceci lui permit de rapidement devenir lieutenant-colonel et d'obtenir la médaille militaire et la médaille d'argent de la victoire.

En plus de sa carrière militaire, Marcus poursuivit son parcours académique avec excellence. En 2003, il termina son Masters in Military Science du Brazil's Army Command and General Staff College de l'île de Trindade.

Il commença son doctorat en 2007 à l'Universidade de Brasília, préparant une thèse liée à sa passion pour la culture arabe intitulée « L'Inquisition au 17ème siècle et les musulmans ». Il comprenait l'arabe et parlait anglais, espagnol et portugais.

« Sa proposition de thèse doctorale sur l'histoire culturelle a été acceptée dès le premier tour », explique un superviseur universitaire. « C'était un homme très gentil, réservé et extrêmement studieux. »

Amis, collègues et famille se souviendront toujours de son dévouement au travail et de sa conviction que ses actions pouvaient aider à améliorer le monde.

« Marcus accepta la mission à Port-au-Prince avec fierté », explique un membre de la famille. « L'appel à défendre son casque bleu était sa dernière et plus brillante mission pour aider les personnes nécessiteuses d'Haïti. »

« C'est une grande perte », confie un collègue. « C'était quelqu'un de bien, de déterminé et de très aimable. Il s'entendait bien avec ses collègues et s'entendait avec tout le monde. »

« C'était un père et un fils incomparable, un mari dévoué, un frère adoré et un ami fidèle », souligne un membre de sa famille.

« Il a mené un juste combat, terminé sa course et toujours conservé sa foi », explique un autre membre de sa famille.

Le 22 janvier, une cérémonie s'est déroulée à la Base aérienne de Brasilia pour honorer Marcus Vinicius Macedo Cysneiros et ses collègues tombés, en présence du Président Luiz Inácio Lula da Silva et de la première dame Marisa Letícia. Le Président Lula y a évoqué leur action pour la MINUSTAH comme « la plus noble mission humanitaire jamais menée par les forces armées brésiliennes ».

Marcus et ses collègues ont reçu, à titre posthume, une promotion et la Médaille des soldats de la paix pour leurs remarquables actes de courage et de bravoure dans des circonstances dangereuses.

Marcus laisse derrière lui sa femme et ses deux filles.