ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Rosa Crespo Biel, 1962 - 2010

Garde du corps (Espagne)

Rosa Crespo Biel

Rosa Crespo Biel, originaire d'Espagne, appartenait au contingent des 13 officiers de la Policía Nacional (Force de police nationale espagnole) déployé dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Depuis août 2008, elle était garde du corps de hauts fonctionnaires de l'ONU.

« C'était un véritable modèle aux yeux de toutes les femmes agents de police des Nations Unies. Assurer la sécurité d'une personnalité telle que le Commissaire de police n'est pas une mission confiée au premier venu. Être une femme à occuper ce poste est un double honneur et un signe d'appréciation pour ses qualités professionnelles exceptionnelles », observe un collègue.

Rosa passa plus de 20 ans au Siège de la Police à La Rioja et Aragon (Espagne). Elle fut l'une des premières femmes à intégrer ce contingent. Elle travailla ensuite pour la sûreté publique et la brigade de police judiciaire, obtint le rang d'Inspecteur adjoint en 2003 et dirigea le Service au groupe des femmes à Saragosse, se spécialisant dans les affaires de violence sexiste.

« Elle s'est ensuite lancé le défi personnel d'aider un pays désavantagé », explique l'Archevêque Ureña qui organisa les obsèques de Rosa. Elle avait contribué à mettre en place deux projets de coopération à Port-au- Prince. L'un consistait à soutenir la communauté des sourds et l'autre, connu sous le nom de « Los Guapos », était une ONG constituée de gardes civils et de membres du service de police. Eu égard à sa dévotion tout au long de sa vie aux affaires humanitaires, ses collègues lui ont donné le titre d'« Ange gardien du monde ».

Au cours de sa carrière professionnelle, elle fut publiquement récompensée pour son travail à plus de 30 occasions. En 1999, elle fut décorée de la Croix du mérite des corps policiers — Classe blanche. À l'arrivée de sa dépouille en Espagne, le Ministre espagnol des affaires intérieures, M. Perez Rubalcaba, décerna à Rosa, à titre posthume, la médaille du service de police.

Fille de parents sourds, elle souhaitait qu'une de ses missions consista à aider les malentendants. Elle servit d'interprète pour les sourds au cours de la visite du Pape Jean-Paul II à Saragosse. Elle reçut aussi une plaque d'hommage pour avoir permis à 36 travailleurs sourds d'obtenir un emploi au sein de la General Motors - Espagne.

Son calme et sa fierté dans sa profession étaient évidents. Mais elle était aussi « joviale, heureuse, charismatique et un très bon exemple de persévérance et d'optimisme ».

Elle était mariée à Federico Capdevila depuis 28 ans et mère de deux filles, âgées de 13 et 16 ans. Lorsqu'elle estima qu'elles étaient suffisamment mûres, elle décida de se rendre en Haïti, sa nature entreprenante ayant repris le dessus. Rosa avait prévu de rentrer définitivement à Saragosse en février 2010.

Rosa laisse derrière elle son mari et ses deux filles.