ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

James Coates, 1972 - 2010

Assistant administratif (Canada)

James Coates

James Coates, originaire du Canada, occupa plusieurs postes au sein du Département de l'information (DPI) avant d'intégrer la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) au cours de l'été 2008.

Son enfance fut marquée par une passion pour la musique (guitare, piano et chant) ainsi que pour la gymnastique — notamment en tant qu'entraîneur — et l'écriture. James quitta Terre Neuve pour étudier à Québec, à l'Université Laval où il obtint un Baccalauréat ès arts avant d'obtenir un diplôme de la London School of Journalism.

Décrit comme « un esprit vif, responsable et terriblement charmant », James était cultivé, avait beaucoup voyagé et était en quête de nouvelles expériences.

Avant d'intégrer les Nations Unies, James avait occupé des postes au Togo, au Bénin, au Vietnam et en Italie, ainsi qu'à Toronto et à Québec, où il vécut de nombreuses années. James parlait anglais, français et vietnamien.

Un collègue se souvient que « ses voyages étaient également l'occasion de montrer l'incroyable photographe qu'il était, ce qui s'explique beaucoup par la manière dont il voyait le monde. James adorait la nature et les grands espaces. »

Pour satisfaire sa passion pour l'écriture et la musique, il travaillait en tant que journaliste et disc jockey, et rédigeait fréquemment des critiques musicales et de voyages.

À New York, James travailla pour la section de couverture des réunions du service de presse de la Division de l'information et des médias du DPI, puis pour le Service des campagnes de communication de la Division de la communication stratégique. Il travailla également avec l'équipe à l'origine du Rapport du Groupe indépendant sur la sûreté et la sécurité du personnel et des locaux des Nations Unies dans le monde entier.

Selon un collègue, « le sens de l'humour de James apportait énormément de joie à la fin d'une longue journée et nos rendez-vous autour d'un déjeuner étaient les moments phares de mes semaines. James avait une capacité à être léger et drôle, mais il appréciait également beaucoup la complexité de nos vies et le style de vie que nous avions choisi en tant que personnel de l'ONU. Il offrait des conseils inestimables à ses amis et ne manquait jamais d'être honnête, avec affection. »

Un autre collègue observe que James « donnait toujours [à ses amis] le meilleur conseil. Il aimait les solutions pratiques et était incroyablement utile dans la résolution de situations complexes. »

« James se faisait facilement des amis car il pouvait toujours établir une connexion sur un terrain commun. Et les gens, quel qu'ils soient, appréciaient spontanément de lui parler », ajoute un ami proche.

« J'étais avec James lorsqu'il apprit qu'il avait été sélectionné pour aller en mission en Haïti et je n'oublierai jamais à quel point il était heureux et enthousiaste », explique un collègue. « Il était positif, pour les gens et pour la planète […] Il avait cette formidable capacité à s'emparer de la journée et à la vivre pleinement et paisiblement à la fois. Il appréciait beaucoup la vie et en profitait au maximum. »

James laisse derrière lui sa mère et ses trois soeurs.