ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

In Memoriam - En mémoire des membres de la famille des Nations Unies
qui ont perdu la vie dans le tremblement de terre
qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010

Renée Carrier, 1955 - 2010

Assistante personnelle du Représentant spécial du Secrétaire général (Canada)

Renée Carrier

Renée Carrier, de nationalité canadienne, occupait le poste d'assistante personnelle du Représentant spécial du Secrétaire général, M. Hédi Annabi, à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) depuis 2007.

Renée débuta sa carrière à l'ONU en tant que secrétaire au pool français en 1988, avant d'être affectée en qualité de « commis d'édition » dans l'unité française de ce qui est maintenant le Département de l'Assemblée générale et de la gestion des conférences (DAGGC). Comme ses amis et collègues en témoignent à l'unanimité, son « professionnalisme légendaire » l'avait conduite à un premier poste dans le maintien de la paix pour le Commandant de la force de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

Même si elle aimait bien revenir au Siège entre missions, elle appréciait la vie sur le terrain. Elle servit deux fois en Haïti et une fois à la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) en 22 ans de service.

« C'était l'employée rêvée de tout gestionnaire ». Comme le dit un collègue, « j'ai toujours eu le sentiment ses chefs avaient l'impression d'avoir gagné à la loterie lorsque Renée choisissait de poser sa candidature à un poste dans leur équipe. »

« Elle se faisait remarquer par son sang-froid, son professionnalisme remarquable et l'élégance avec laquelle elle résolvait les plus grandes difficultés en un rien de temps », a déclaré la Secrétaire générale adjointe à la gestion, Mme Angela Kane, qui avait travaillé avec elle à Asmara (Érythrée). « Elle ne disait jamais « non » ou « ce n'est pas possible ». Au lieu de cela, elle écoutait attentivement, retournait à son bureau et revenait peu après avec une solution. »

L'Ambassadeur Legwaila Joseph Legwaila du Botswana, ancien chef de la MINUEE dont elle avait été l'assistante personnelle, la décrit comme étant « d'une efficacité hors pair, dévouée, une précieuse amie et collègue et une partenaire indispensable. »

Cette véritable dynamo, qui travaillait en étroite coordination avec les commandants des Forces et les Représentants spéciaux du Secrétaire général, était aussi une amie loyale et une collègue prête à aider tous ceux avec qui elle travaillait, indépendamment de leur niveau ou de leur grade.

Ce dont ses amis se souviendront le plus seront ces moments précieux partagés avec elle et sa gentillesse. Comme le dit un collègue, elle attachait une grande importance à faire les choses dans les règles et était très droite à cet égard.

D'autres parlent du rire de Renée et de sa joie de vivre : « Je me souviens de son sens de l'humour un peu absurde, de sa sensibilité sur la question de son appareil dentaire. Elle disait qu'elle était la pire chanteuse de karaoké dans le monde et qu'elle ne s'exécuterait que si on lui versait plusieurs verres de vin blanc avant d'y aller. »

Elle était aussi fière d'être sportive et se consacrait à la course de fond à New York ou ailleurs sur le terrain.

Haïti devait être sa dernière mission : elle avait prévu de prendre sa retraite dans son cher Québec.

Mais comme le dit un autre ami avec qui elle échangea un email vingt minutes avant le séisme, « Renée sera toujours dans nos mémoires pour son amour dévoué pour Haïti et sa passion pour son travail là-bas », pour aider les habitants de ce pays.

Renée laisse derrière elle son frère Marc et ses soeurs Andrée et Danielle.