En mémoire des disparus
Ceux qui ont donné leur vie au service des Nations Unies


 

Le vendredi 17 août 2018 à 9h30, le Syndicat du personnel des Nations Unies organise une cérémonie solennelle de dépôt de gerbes avec la participation du Secrétaire général, à l’occasion du 15e anniversaire du bombardement du Siège des Nations Unies à Canal Hotel, Bagdad, où 22 membres du personnel ont perdu la vie.


Le service de la cause de la paix dans un monde violent est un métier dangereux. Depuis la fondation de l'Organisation des Nations Unies, plus de 3 500 hommes et femmes courageux ont perdu la vie à son service.

Ole Bakke, un Norvégien qui servait en Palestine, a été le premier - abattu en juillet 1948. Le comte Folke Bernadotte de Suède, médiateur de l'ONU en Palestine, a été le deuxième - assassiné deux mois plus tard.

La direction de l'ONU a été ébranlée en 1961, lorsque le Secrétaire général Dag Hammarskjöld, avec six collègues, est décédé dans un accident d'avion au Congo, alors qu’il en poursuivait la paix.

Des décennies plus tard, le nombre croissant et l'ampleur des missions de maintien de la paix des Nations Unies ont accru les risques. Plus de vies ont été perdues durant les années 1990 que durant les quatre décennies précédentes combinées.

Depuis le début de ce nouveau millénaire, l'ONU elle-même est devenu une cible : ses locaux ont été attaqués à Bagdad en 2003, Alger en 2007, et à Kaboul en 2009.

Durant les quatre dernières années (2013-2017), le nombre de victimes parmi les Casques bleus n'a cessé d'augmenter en raison d'actes de violence, entraînant 195 décès.

« Nous remercions plus d’un million de femmes et d’hommes qui ont servi sous le drapeau de l’ONU avec professionnalisme, courage et dévouement depuis la création de l’Organisation, et nous rendons hommage aux plus de 3 500 soldats de la paix qui ont perdu la vie en mission. [...] Nous leur devons tous une reconnaissance infinie. »

Message du Secrétaire général, António Guterres, à l'occasion de la Journée internationale des Casques bleus, le 24 mai 2017

Les catastrophes naturelles ont également coûté la vie de ceux qui servent les Nations Unies. Le séisme en Haïti en 2010 a entraîné 102 décès, la plus grande perte que l’ONU ait subie dans toute son histoire.

Ici nous nous souvenons de ceux qui sont souvent oubliés - ceux qui sont morts au service de l'Organisation des Nations Unies – ceux qui sont tombés.

 

Section du site internet de l'ONU, Département de l'information © ONU