Terre, ressources naturelles et conflits : De la malédiction à l'opportunitéUn partenariat UE-ONU à l'œuvre

Drapeau de l'Union européenne

Région des Grands Lacs


Photo: PNUE

Alors que d'autres parties de l'Afrique subsaharienne enregistrent des taux de croissance élevés, les pays de la région des Grands Lacs pour leur part affichent des niveaux extrêmement élevés de pauvreté et de très faibles niveaux de prestation de services essentiels. Mary Robinson, l'envoyée spéciale pour la région des Grands Lacs a déclaré : « Nous avons une toute nouvelle occasion de faire plus que palier les conséquences du conflit, nous avons la possibilité de régler ses causes profondes et d'y mettre un terme une fois pour toutes. Si cette nouvelle tentative permet de réussir là où d'autres ont échoué, alors il y a lieu d'être optimistes et courageux plutôt que cyniques. Les gouvernements et les populations de cette région et la communauté internationale doivent croire à nouveau que la paix est possible, et être déterminés à prendre les mesures nécessaires et bien coordonnées pour l'obtenir. »

La résolution 2053 du Conseil de sécurité des Nations unies du 27 juin 2012 soulignait la nécessité de régler les conflits communautaires liés à la terre en République démocratique du Congo (RDC). Il exhortait également les autorités de la RDC, travaillant avec l'appui de la MONUSCO, à soutenir l'action de cette dernière contre les groupes armés, en particulier les mutins de l'ex-CNDP et du M23, afin de rétablir l'ordre et de traduire les coupables en justice, tout en assurant la protection des populations civiles, et de s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité, en particulier l'impact du retour des personnes déplacées et des réfugiés et des tensions sociales éventuelles liées à la terre.

L'objectif de la nouvelle intervention du Partenariat mondial ONU-UE dans les Grands Lacs est de renforcer les capacités des acteurs non étatiques locaux à maîtriser la dynamique des conflits et à appliquer des formules de développement qui tiennent compte des conflits pour régler des questions nationales litigieuses telles que la ruée sur les terres et les ressources naturelles, ainsi que les conflits. Ces aptitudes et compétences les aideront à analyser les conflits potentiels en vue de prévenir ou d'en atténuer les conséquences violentes, de suivre et d'influer les politiques nationales et la répartition des revenus, et d'assurer la médiation dans le règlement des conflits locaux portant sur les ressources naturelles et d'autres problèmes de contestation une fois qu'ils se présentent dans leur contexte local et national. Grâce à un appel à propositions lancé par l'UE-ONU à l'échelle régionale, un certain nombre d'organisations de la société civile s'emploieront à mieux comprendre et gérer les conflits ayant pour objet la terre et les ressources naturelles au Rwanda, en RDC, en Ouganda et au Burundi.

Certaines organisations retenues dans ces quatre pays travailleront sur une période de douze mois sur des questions relatives aux conflits liés à la terre et à l'exploitation artisanale des ressources minières en RDC, sur les techniques de médiation foncière au Rwanda, sur la transparence et les cadres juridiques au Burundi et sur des évaluations spécifiques locales des terres et des ressources naturelles. Avec la collaboration de l'OCDE, de la CIRGL, de la CEA (Initiative sur les politiques foncières et Vision minière pour l'Afrique), un atelier de formation régional est organisé dans le cadre duquel les représentants d'organisations de la société civile en apprendront davantage sur la prévention des conflits, la gestion des ressources naturelles et l'accès à la terre.

« De nombreux pays africains réalisent d'importantes avancées, et désormais les populations des Grands Lacs, en particulier en République démocratique du Congo, ont largement mérité d’avoir une chance de progresser. Un accord de paix doit s’accompagner d’un dividende sur le plan de la paix. C'est pourquoi M. Kim et moi-même effectuons cette visite. Nous voyons une lueur d'espoir à l'horizon pour les peuples de la région des Grands Lacs, et nous sommes résolus à les aider tout au long du parcours », - le Secrétaire général des Nations Unies, à l'occasion du premier jour d'une récente mission conjointe des Nations Unies et de du Groupe de la Banque mondiale dans la région des Grands Lacs en mai 2013.