ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences

Service d’interprétation

Au commencement est la parole : à pratiquement toutes les séances tenues sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies, elle est prononcée dans l’une des six langues officielles de l’Organisation (anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe) et, simultanément, autrement dit instantanément, interprétée dans les autres.

Le personnel du Service d’interprétation a donc pour mission de veiller à ce que les représentants et tous ceux qui assistent à une séance puissent comprendre ce que disent les autres, et au moment même, ou presque, où ils le disent. Ils assurent l’interprétation depuis et vers les six langues officielles lors des séances de l’Assemblée générale, du Conseil de sécurité, du Conseil économique et social et de tous les organes subsidiaires, ainsi que pour nombre de conférences et d’organes intergouvernementaux. Une séance tenue en six langues nécessite une équipe de 14 interprètes: trois par cabine pour l’arabe et le chinois, étant donné qu’ils travaillent depuis et vers ces langues, et deux par cabine pour l’anglais, l’espagnol, le français et le russe. Pour donner un exemple de la charge de travail et du dévouement des interprètes, le Service a assuré sans interruption l’interprétation des dernières séances de la session de l’Assemblée générale du jeudi 23 décembre à 10 heures au vendredi 24 décembre 2010 à 4 h 45 du matin.

Outre l’interprétation simultanée, il arrive que le personnel du Service soit sollicité pour assurer l’interprétation consécutive à certaines séances. Les interprètes parlent après chaque participant(e), interprétant ses paroles aussi précisément que possible afin que les autres personnes présentes puissent suivre les échanges. Bénéficient notamment de ce type d’interprétation les rencontres entre des chefs d’État ou de gouvernement et le Secrétaire général, les consultations avec le Président du Conseil de sécurité ou le Président du Conseil économique et social au sujet de situations politiques spécifiques, certaines missions officielles et missions d’enquête à l’étranger, ainsi que les conférences de presse et les manifestations spéciales telles qu’il en est organisé à l’occasion.

Les interprètes travaillent dans des cabines fermées d’où ils peuvent à la fois voir et entendre les membres du bureau et les autres participants à la réunion qu’ils couvrent. Ils doivent être en possession de tous les renseignements et documents relatifs à la séance. À cet égard, l’informatique leur simplifie un peu la vie. La haute pile de documents et de références qui encombrait jadis leur bureau a désormais fait place à un ordinateur ou un terminal électronique. Des glossaires et recueils – essentiellement des lexiques et guides terminologiques dans toutes les langues officielles – sont disponibles en ligne. Ils sont constamment actualisés pour répondre à l’évolution de la terminologie diplomatique et à son extension à de nouveaux domaines.

À l’Organisation des Nations Unies, les interprètes doivent être à même d’identifier et de comprendre une myriade de questions, et de trouver – instantanément – le bon mot ou la bonne expression dans une autre langue. Les questions traitées sont toutes celles qui préoccupent le monde, et elles vont du discours politique aux affaires juridiques, et des changements climatiques aux droits de l’homme, en passant par la finance, l’administration et les questions de développement économique et social. Compte tenu des connaissances requises des interprètes avant même qu’ils n’entrent en cabine, leur présence aux séances n’est que l’aspect le plus visible de leur travail. Il leur faut constamment entretenir et améliorer leurs compétences linguistiques et se tenir au fait de l’actualité. Un interprète de l’ONU n’est jamais à court de mots.

Programme de stages d’interprétation

Dans le cadre d’une initiative de promotion des langues menée par le Département, le Service d’interprétation a lancé un programme de développement intensif qui met à profit l’expérience et l’expertise des interprètes de l’ONU pour former des diplômés du troisième cycle en langues étrangères issus d’universités participantes. Le programme en est au stade de la mise en œuvre pour l’anglais, l’arabe, l’espagnol, le français et le russe, avec différentes combinaisons linguistiques en fonction des compétences de chaque participant.

Les stagiaires utilisent les salles de conférence et les cabines d’interprétation du Secrétariat et travaillent à partir d’enregistrements de discours prononcés lors de diverses réunions de l’ONU, bénéficiant ainsi d’un apprentissage professionnel, intensif et concret. Ils sont supervisés et évalués individuellement par un membre du Service d’interprétation, ce qui a pour effet d’améliorer considérablement leurs compétences d’interprètes en termes de productivité, de vocabulaire, de style, de registre et de capacités. Le personnel du Service a quant à lui la satisfaction de former la prochaine génération de linguistes. Les participants qui achèvent le stage avec succès peuvent se présenter au concours de recrutement d’interprètes indépendants.

 

Retour à la rubrique MPD

 

Date de mise à jour: 13 février 2012/Razmee APPADU