ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences

Service chinois de traduction

Parmi les six langues officielles des Nations Unies, le chinois est l’une des deux seules langues non indo-européennes et la seule qui n’utilise pas d’alphabet. D’un point de vue linguistique et technique, le chinois, en tant que langue officielle de l’Organisation, a connu une transformation remarquable au fil des années.
Des calligraphes chargés de transcrire les textes traduits destinés à la reproduction, le Service est progressivement passé aux techniques informatiques. Sur le plan de la traduction, le style a également évolué, passant du littéraire au vernaculaire, ce qui a simplifié les documents et les a rendus plus accessibles au public.

Ces 10 dernières années, le Service a pris l’initiative pour ce qui est de l’utilisation de l’informatique appliquée à la traduction et a fait des progrès considérables dans ce domaine. Les calligraphes et les énormes machines à écrire dotées de claviers complexes à 4 000 caractères sont des choses du passé. Les traducteurs disposent à présent de divers outils informatiques, notamment un logiciel de reconnaissance vocale et des applications de traduction assistée par ordinateur.

Le Service traduit des rapports, des comptes rendus et d’autres documents, selon que de besoin. La plupart des documents sont destinés à l’usage immédiat des délégués, mais leur importance va bien au-delà de la salle de conférence. La traduction en chinois de documents importants établie par le Service est souvent citée dans les médias, reprise dans des déclarations et incorporée dans des textes de loi.

Un exemple récent est la ratification par les députés chinois de la Convention des Nations Unies contre la corruption, en 2005, sur la base de la traduction officielle établie par le Service. En conséquence, des infractions telles que le trafic d’influence, l’abus de fonctions et l’enrichissement illicite sont devenues des sujets d’actualité. De même, lorsque l’Assemblée générale a adopté la Convention relative aux droits des personnes handicapées, en mars 2007, le texte chinois établi par le Service a très vite été affiché en bonne place sur de nombreux sites Web chinois. Le Service contribue également à faire connaître au grand public des concepts tels que la transparence, la problématique hommes-femmes et les crimes contre l’humanité.

Au quotidien, les traducteurs du Service se livrent à une gymnastique intellectuelle constante pour exprimer des combinaisons complexes de mots, d’expressions et d’idées tirés de langues riches dotées d’un alphabet, dans une langue tout aussi riche mais qui repose sur une écriture logographique ancienne.

En traduction, l’activité intellectuelle n’est pas sans frustration, mais elle n’est pas non plus dépourvue de grands moments, surtout lorsqu’une expression particulièrement difficile est superbement rendue.

Quiconque visite le Service sera émerveillé de voir les différentes méthodes de travail des traducteurs. On y trouve encore des outils d’écriture archaïques, moins nombreux certes, utilisés notamment pour les révisions, mais les ordinateurs et toutes sortes d’applications Windows et Internet se sont fait une place dans la vie professionnelle des traducteurs du Service.

Équipés de leur casque et de leur microphone, ces fonctionnaires pourraient bien être confondus avec les agents d’un centre d’appel. En réalité, ils dictent leur traduction à l’aide d’un logiciel de reconnaissance vocale. Ils utilisent aussi des outils informatiques qui les aident dans leur tâche. Mais l’expérience montre que les technologies actuelles sont très limitées. Il n’y a pas de baguette magique et la traduction demeure un processus intellectuel. Tout en ayant conscience de toutes les possibilités offertes par les progrès technologiques, les fonctionnaires du Service continuent de compter sur leur propre intellect, individuel comme collectif. Travaillant en équipe, chacun contribue à fournir aux clients, dans les délais, des services de qualité.

 

Retour à la rubrique Services de traduction

 

Date de mise à jour: 13 février 2012/Ann GETZINGER