ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences

Service arabe de traduction

L’arabe recouvre divers idiomes qui, outre le « Fus’ha » – langue classique de l’administration, du monde universitaire et des médias – comprennent divers dialectes et parlers locaux apparentés au Fus’ha mais qui diffèrent les uns des autres au point que tel locuteur peut ne pas comprendre tel autre. L’alphabet, les tours idiomatiques et les références historiques et culturelles, ainsi que le système de racines trilitères de l’arabe, font qu’il est difficile de traduire dans cette langue. À la différence de l’anglais, du français et d’autres langues d’Europe, le vocabulaire et l’écriture arabes remontent à une tradition ininterrompue vieille de plus de quatre millénaires. Qui plus est, dans le monde arabe, aucune autorité ni instance n’a seule vocation à régenter la langue.

Créé en 1973, le Service arabe rassemble aujourd’hui des traducteurs venus d’horizons divers (Burkina Faso, Égypte, États-Unis, Liban, Libye, Maroc, Palestine, République arabe syrienne, Sénégal, Soudan, Tunisie) tous occupés à donner aux textes de l’ONU une saveur aussi « panarabe » que possible, c’est-à-dire intelligible par le lecteur de toute région du monde où l’arabe est parlé.

Du fait de la prolifération de termes et concepts nouveaux dans les langues occidentales, surtout en anglais, et que l’on retrouve souvent dans les textes de l’ONU (problématique hommes-femmes, administration en ligne, ONU-Femmes, etc.) le traducteur arabe est conduit chaque jour à trouver, dans le feu de l’action, des équivalents acceptables pour le lecteur dans 22 États Membres arabes.

Chaque génération de linguistes de talent vient concourir à permettre au Service arabe du Siège, en coopération avec les services arabes de traduction des autres centres de conférence, de relever les défis inhérents aux spécificités de la langue arabe et à la diversité culturelle de ses locuteurs.

                           

 

Retour à la rubrique Services de traduction

 

Date de mise à jour: 13 février 2012/Ann GETZINGER