ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

L'Holocauste et les Nations Unies
Programme de communication

Journée internationale dédiée à la mémoire des
victimes de l’Holocauste, 27 janvier 2014

Message du Secrétaire général                   

Chaque année, en cette journée anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz, nous rendons hommage aux victimes de l’Holocauste. Nous nous rappelons la souffrance de ces millions d’innocents et soulignons les dangers de l’antisémitisme et de la haine, quelle que soit la forme qu’ils revêtent.

Cette année, notre commémoration est placée sous le signe des voyages à travers l’Holocauste, l’occasion pour moi de me souvenir d’un voyage que j’ai fait.

En novembre dernier, j’ai franchi la tristement célèbre porte d’entrée du camp d’Auschwitz-Birkenau qui porte l’inscription « arbeit macht frei ». Je n’oublierai jamais cette visite.

J’ai vu les horribles vestiges laissés par la machine du génocide, ainsi que des photos émouvantes témoignant de la vie des Juifs en Europe dans les années 30 – mariages, repas de famille, rituels et autres scènes de la vie quotidienne – tous disparus, victimes d’un meurtre systématique unique dans l’histoire de l’humanité.

J’ai vu les baraquements où Juifs, Roms, Sinti, homosexuels, dissidents, prisonniers de guerre et handicapés ont vécu leurs derniers jours dans des conditions on ne peut plus brutales. 

L’Organisation des Nations Unies a été fondée pour éviter que cette horreur ne se reproduise. Or, les tragédies qui se sont déroulées au Cambodge, au Rwanda ou à Srebrenica montrent que le poison du génocide continue de couler.

Nous devons, aujourd’hui plus que jamais, faire preuve de vigilance face au fanatisme, aux idéologies extrémistes, aux tensions communautaires et à la discrimination contre les minorités. Et nous ne devons pas laisser nos enfants dans l’ignorance. Dans le cadre du Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies, l’Organisation a mis sur pied des supports éducatifs efficaces et noué de solides partenariats pour transmettre ces enseignements aux étudiants dans le monde entier.

Près du crématorium à Auschwitz, j’ai ressenti une profonde tristesse à l’idée de tout ce qui s’y était passé.

Mais j’ai aussi ressenti de l’admiration pour tous ceux qui avaient libéré les camps de la mort, pour le bien de l’humanité tout entière.

Aujourd’hui, unissons nos forces pour faire ensemble le voyage qui nous conduira à l’égalité et à la dignité pour tous.