Discours du Président de la 65e session de l’Assemblée générale à l’occasion de la reconduction du mandat du Secrétaire-général des Nations Unies

Écouter Écouter le discours du Président

New York, le 21 juin 2011

Monsieur le Secrétaire-général,
Excellences,
Distingués délégués,

En ma capacité de Président de l’Assemblée générale, c’est au nom de tous les États Membres que je vous remercie, Monsieur le Secrétaire-général, pour le travail remarquable que vous avez accompli jusqu’ici à la tête de notre organisation. Votre reconduction aujourd’hui est la marque de l’estime et de la confiance que tous les États Membres ont en vous.

Loyauté, discrétion et conscience : ce sont les qualités sur lesquelles vous avez insisté en prêtant serment, lors de votre nomination. Loyauté, discrétion et conscience, Monsieur le Secrétaire-général, ces qualités ne sont pas restées que des mots. Elles ont, au jour le jour, depuis cinq ans, véritablement guidé votre action.

Depuis votre entrée en fonction, vous avez été présent sur de nombreux fronts. Vous avez, dans un environnement international complexe et difficile, renforcé le rôle et la visibilité des Nations Unies, par l’adoption de mesures de réformes et le lancement d’initiatives innovatrices et stimulantes, mais aussi par un appel constant et sans faille au respect des droits de l’homme, de l’Etat de droit et des autres valeurs ancrées dans notre Charte.

Permettez-moi de ne mentionner ici que quelques exemples, qui, il me semble, sont emblématiques de votre engagement inlassable au service de la communauté internationale. Ainsi, dans le domaine de la sécurité et du maintien de la paix, la création du département de l’appui aux missions a mis l’accent sur une gestion plus efficace pour davantage d’impact sur le terrain. En matière de désarmement et de réduction de l’arsenal nucléaire mondial, votre initiative d’organiser une réunion sur le désarmement en marge de l’Assemblée générale en septembre dernier a insufflé une nouvelle dynamique à cette question cruciale.

En matière d’autonomisation des femmes et de la promotion de leurs droits, vous resterez, Monsieur le Secrétaire-général, comme l’homme qui a œuvré à la création de l’ONU-femmes en regroupant les mandats de divers programmes pour plus d’efficacité. La stratégie globale pour la santé des femmes et des enfants, dont nous avons la semaine dernière, lors du dialogue sur le développement de l’Assemblée générale, mesuré les progrès, est un autre exemple marquant. Je ne saurais être exhaustif et rendre justice à l’ensemble de votre action, il faudrait mentionner par exemple encore votre engagement pour la lutte contre le changement climatique, pour le développement durable, ainsi que pour la sécurité dans l’utilisation du nucléaire civil.

Les derniers mois ont été particulièrement denses en bouleversements sur la scène internationale. Vous l’avez dit, le printemps arabe est de ces opportunités qui ne se présentent qu’une fois par génération. Il est fondamental de se montrer solidaires des peuples qui aspirent à davantage de liberté, de démocratie et de bien-être. Les événements récents nous l’ont à nouveau démontré, le monde a besoin des Nations Unies et les Nations Unies ont besoin d’un Secrétaire-général qui affiche leadership et détermination. Le monde a besoin d’une organisation solide et crédible, dont le Secrétariat et les organes intergouvernementaux se renforcent mutuellement.

Monsieur le Secrétaire-général,

En tant que Président de l’Assemblée générale, je tiens à vous dire combien j’apprécie l’excellente collaboration entre nos deux cabinets et votre grande disponibilité. Vous êtes toujours d’une grande transparence sur vos activités et vos déplacements à l’étranger. Ainsi, le 28 mars dernier, à peine étiez-vous de retour de votre voyage en Afrique du Nord que vous êtes venu informer l’Assemblée générale des derniers développements dans la région. Ces liens sont importants, ils nourrissent le dialogue entre le Secrétariat et les États Membres, ils contribuent aussi à la revitalisation de l’Assemblée générale au sein de notre organisation et sur la scène internationale.

Monsieur le Secrétaire-général,

La tâche n’est pas facile, vous le savez, mais je vous assure du plein soutien de l’Assemblée générale et de ses États Membres. Ce second mandat vous permettra d’intensifier encore votre action en faveur des valeurs fondamentales de la Charte. Je souhaite, à titre personnel, vous réitérer mes félicitations pour vos accomplissements et former mes vœux de succès les meilleurs pour l’avenir.