Remarques introductives du Président de l'Assemblée générale lors du débat conjoint : Application des résolutions de l’Organisation des Nations Unies; et Revitalisation des travaux de l’Assemblée générale

New York, le 6 décembre 2010

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

La revitalisation des travaux de l’Assemblée générale est une question importante, qui est à l’agenda depuis plusieurs sessions. A cet égard, je remercie son Excellence l’Ambassadeur Sanja Štiglic et son Excellence l’Ambassadeur Jorge Argüello pour leur co-présidence efficace du groupe de travail ad hoc de la 64eme session sur la revitalisation. Leurs efforts ont notamment abouti à l’adoption du rapport 64/903 du groupe de travail et de la résolution 64/301 de l’Assemblée générale, documents utiles à notre discussion aujourd’hui.

Je l’ai dit à plusieurs reprises depuis le début de cette session : ma vision est celle d’une Assemblée générale forte, qui soit le forum principal du débat global. J’ai constaté avec satisfaction que cette vision est largement partagée. La tenue de débats informels avant et après le sommet du G20, comme nous l’avons fait le 22 octobre et le 16 novembre derniers, afin d’établir un pont entre le G20 et l’Assemblée générale, est l’un des aspects de la réaffirmation du rôle central de notre Organisation dans la gouvernance globale. Un autre aspect, tout aussi important, est de s’assurer que notre Organisation est à même de relever le défi et d’entreprendre les reformes nécessaires. La revitalisation des travaux de l’Assemblée générale en fait partie.

Un certain nombre d’avancées ont déjà été faites. Par exemple, le fait que le Président de l’Assemblée générale soit élu au moins trois mois avant l’entrée en fonction permet de mieux se préparer à la tâche. Ou encore, la prérogative du Président d’organiser des débats thématiques informels est un bon moyen pour positionner l’Assemblée générale dans le débat global et d’assurer une relation de travail efficace avec l’ensemble des acteurs de la gouvernance globale.

J’ai aussi eu, depuis mon entrée en fonction, des entretiens réguliers avec tous les Présidents du Conseil de Sécurité et le Président de l’ECOSOC.

Mais, comme le constate la résolution soumise à discussion aujourd’hui, des progrès doivent encore être faits sur un grand nombre de points, qui vont de la procédure de nomination du Secrétaire général aux méthodes de travail de l’Assemblée. L’importance de ces dernières ne doit pas être sous-estimée. Un agenda trop chargé risque de nuire à la qualité du débat ; l’organisation de trop nombreuses réunions de haut niveau, par exemple, dilue l’attention qui est portée à chacune. J’ai, dans ce contexte, suivi avec beaucoup d’attention les efforts faits par le deuxième comité pour rationaliser son agenda. Je suis persuadé que ceci est un exemple à suivre par notre Assemblée.

L’initiative est entre vos mains. J’attends que ressorte du débat d’aujourd’hui une volonté claire d’avancer et des pistes sur les initiatives à prendre pour la revitalisation de l’Assemblée.

Ceci donnera des orientations utiles au nouveau groupe ad hoc sur la revitalisation, dont leurs Excellences les Ambassadeurs Dalius Čekuolis et Camillo Gonsalves ont accepté de conduire les travaux. Je les en remercie tout particulièrement et les assure de mon soutien dans leur travail.