Remarques introductives du Président de la 65e session de l’Assemblée générale, à l’occasion de la cérémonie en mémoire du décès de son Excellence Harri Holkeri, Président de la 55ème session de l’Assemblée générale

New York, le 12 septembre 2011

Monsieur le Secrétaire général,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Il y a dix ans, presque jour pour jour, le Président Holkeri prononçait, à ce podium, son discours de clôture de la 55ème session de l’Assemblée générale. M. Holkeri s’est éteint le 7 août dernier. Il me revient l’honneur aujourd’hui de vous inviter à lui rendre hommage. Homme politique chevronné, médiateur expérimenté et travailleur inlassable au service des idéaux des Nations Unies, M. Holkeri fut un Président d’exception pour une session d’exception de l’Assemblée générale, celle du Millénaire.

Tout au long de son mandat, le Président Holkeri s’est fait fort de maintenir l’élan donné par les leaders mondiaux avec la Déclaration du Millénaire. Pragmatique et concret, il s’est attaché à assurer le suivi sur les engagements pris lors du Sommet du Millénaire, en particulier les Objectifs du Millénaire pour le développement. Dans ce contexte, l’amélioration du rôle des femmes et des fillettes dans la société, et leur accès à l’éducation, aura été une de ses priorités.

Nous sentons, aujourd’hui encore, le souffle de la Présidence et de l’Assemblée du Millénaire. Ainsi, notre session s’est ouverte avec la réunion de haut niveau sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, au cours de laquelle nous avons fait un bilan à cinq ans de l’échéance de 2015 des progrès et des retards dans la réalisation des objectifs. Nous avons aussi réaffirmé l’effort spécifique pour le développement des pays les moins avancés, qui avait été initié avec le programme de Bruxelles, pendant l’année de la 55ème session, en adoptant en mai dernier, le plan d’action d’Istanbul. La réunion de haut niveau sur le sida qui s’est tenue en juin à New York s’est aussi inscrite dans le prolongement de la session spéciale qui s’était tenue sous la présidence de Harri Holkeri.

Le Président Holkeri n’a pas ménagé ses forces pour améliorer l’efficacité et la représentativité des Nations Unies. Il s’est notamment fait l’avocat d’une meilleure coordination entre les différentes entités du système onusien. Il a également prôné une plus grande ouverture de notre organisation envers la société civile.

Sa présidence a été marquée par la volonté de revitaliser l’Assemblée générale comme le lieu où se tiennent les vrais débats politiques sur des questions essentielles pour l’humanité. Ceci s’est traduit par un appel à une rationalisation de l’agenda et des méthodes de travail et à un renforcement de la mémoire institutionnelle de la Présidence.

Ceci n’est bien sûr qu’un survol sommaire des priorités et des accomplissements du Président Holkeri.

L’engagement de Harri Holkeri pour les idéaux des Nations Unies s’est poursuivi bien au-delà de la 55eme session de l’Assemblée générale, notamment en prenant la tête de la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK). Tout au long de sa carrière, Harri Holkeri aura été un remarquable homme de paix au service de son pays et de la communauté internationale. Sa disparition est une grande perte pour la Finlande et pour la famille des nations.

Monsieur le Secrétaire-général,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Je vous invite à observer une minute de silence en mémoire de M. Harri Holkeri, Président de l’Assemblée du Millénaire.