Événements de haut niveau

Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale comme contribution à l’Année internationale de la biodiversité (22 septembre 2010, New York)

Contexte

Dans sa résolution 61/203, l’Assemblée générale a déclaré 2010 Année internationale de la biodiversité et, dans sa résolution 63/219, elle a décidé, comme contribution à l’Année internationale, de convoquer, à sa soixante-cinquième session en 2010, une réunion de haut niveau à laquelle participeraient des chefs d’État, des gouvernements et des délégations.

La séance a été présidée par S.E. M. Joseph Deiss, Président de la 65e session de l’Assemblée générale. Les tables rondes ont été coprésidées par des chefs d’État et de gouvernement sur invitation du Président de la 64e session de l’Assemblée et sur la base d’une représentation géographique équitable. Le Président de l’Assemblée a établi un résumé des débats tenus pendant la réunion de haut niveau, présenté à la réunion plénière de clôture et transmis, sous son autorité, à la 10e réunion de la Conférence des Parties à la Convention.

Source : Note du Secrétaire général sur l'organisation de la réunion [A/64/865]

Pourquoi la biodiversité?

La diversité biologique est la clef du fonctionnement des écosystèmes et de leur capacité de fournir des services essentiels au bien-être de l’humanité. Dès lors, son appauvrissement continu a de graves conséquences sur le bien-être des générations actuelles et futures.

La Convention sur la diversité biologique est l’un des principaux instruments internationaux concernant la conservation et l’exploitation rationnelle des ressources biologiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques. À ce jour, 192 États et une organisation d’intégration économique régionale ont ratifié la Convention.

Au Sommet mondial pour le développement durable tenu en 2002, les États se sont engagés à mettre en oeuvre de façon plus efficace et plus cohérente les trois objectifs de la Convention en vue d’assurer d’ici à 2010 une forte réduction du rythme actuel de perte de diversité biologique aux niveaux mondial, régional et national à titre de contribution à l’atténuation de la pauvreté et au profit de toutes les formes de vie sur la planète (l’« objectif de biodiversité de 2010 »), notant qu’il faudrait pour cela prendre des mesures à tous les niveaux, notamment mettre en oeuvre des stratégies et des plans d’action nationaux pour la préservation de la diversité biologique et allouer des ressources financières et techniques supplémentaires aux pays en développement.

L’engagement à réaliser l’objectif de biodiversité de 2010 a été réaffirmé au Sommet mondial en 2005 puis intégré en 2006 à l’objectif 7 du Millénaire pour le développement, qui concerne la préservation de l’environnement.

Programme

>> Plus d'informations sur les tables rondes [A/64/865]

Couverture médiatique

Liens

Instruments internationaux
Autres documents
Autres ressources

Déclarations EN