34e session (2012)

Déclaration de M. Johann Aeschlimann, Conseiller à la Mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies (25 avril 2012)

Monsieur le Président,

Je tiens à vous présenter mes félicitations pour votre élection; vous pouvez, vous et le Bureau dans son ensemble, compter sur notre soutien.

Ma délégation remercie M. Naher Nasser, Secrétaire général adjoint par intérim, et M. Kiyotaka Akasaka, ancien Secrétaire général adjoint, de leurs rapports détaillés sur les activités menées l'année dernière au Département de l'information - dont le travail revêt une importance croissante pour le bon fonctionnement des Nations Unies dans un monde en perpétuelle évolution. Nous remercions également M. Akasaka des résultats obtenus par le Département sous sa houlette, et vous présentons à vous, M. Nasser, tous nos vœux de succès dans l'exercice de vos nouvelles fonctions.

Monsieur le Président,

L'année dernière, nous avons mis en évidence l'importance de pouvoir s'appuyer sur une information fiable, rapide et précise. Dans l'assourdissant vacarme des messages et des signaux de toutes sortes, le destinataire de l'information comme son émetteur a de plus en plus de mal à transmettre ou discerner l'essentiel. Les nouveaux canaux d'obtention de l'information, de dissémination et de dialogue ont des effets importants, tels que nous l'avons observé récemment dans le monde arabe. De plus, nombre de médias dans beaucoup de pays membres sont confrontés à des obstacles économiques. Le « nouvel ordre mondial de l'information et de la communication » qu'évoquent chaque année nos résolutions émerge actuellement, même si ce n'est pas tout à fait sous la forme que nous l'avions imaginé.

Le Comité de l'information s'intéresse à l'information politique, celle qui permet aux citoyens de suivre le débat politique, d'y participer, de s'associer aux décisions politiques au niveau national comme international. La Suisse juge important que le Comité se concentre sur l'essentiel. C'est-à-dire, d'abord et avant tout, la liberté. L'information politique, contrairement à la propagande ou aux relations publiques, vit et se nourrit de liberté: liberté de collecter de l'information, liberté de poser des questions embarrassantes, liberté de publier, liberté de parler, liberté de lire et d'écouter ce que diffusent les médias libres.

Les Nations Unies jouent un rôle important dans le monde de l'information, en particulier par la voix du Département de l'information publique. Lors de périodes d'incertitude leurs services d'information sont souvent une source fiable pour qui souhaite se tenir au courant de l'évolution d'une situation - et nous rendons hommage dans ce contexte au travail de la Division de l'information. Mais il est tout aussi important que les citoyens du monde connaissent et comprennent l'ONU et son action. La sensibilisation est à cet égard primordiale. Il est donc tout à fait souhaitable que l'ONU reste en phase avec les progrès rapides des technologies de l'information. Les efforts que déploie le secrétariat pour mettre à profit les possibilités de l'informatique, de la téléphonie mobile et d'Internet sont tout à fait encourageants. La présence des Nations Unies au sein des nouveaux médias (YouTube, Twitter et Facebook) est trés utile en ce qu'elle permet de toucher certains publics. Nous pensons que le plan stratégique du Département devra mettre un accent particulier sur les approches émergentes, dans les efforts qu'appellent certains défis, comme l'initiative « Unis dans l'action» ou la nouvelle architecture de consolidation de la paix. Nous attendons de lui qu'il apporte un soutien déterminant à ces actions.

Cependant, cette approche contemporaine ne doit pas signifier un abandon du soutien envers les médias traditionnels. Nous savons parfaitement que dans de nombreuses parties du monde, les premiers vecteurs de l'information ne sont ni l'ordinateur ni le téléphone portable. Nous tenons donc à souligner le rôle primordial que conserve notamment la radio. La Suisse soutient la Fondation Hirondelle qui assure avec les Nations Unies le fonctionnement de radios ayant valeur de référence dans plusieurs pays; le projet le plus important de par sa taille est Radio Okapi, en République démocratique du Congo.

Je tiens enfin à vous rappeler le prochain Séminaire international des médias sur la paix au Moyen-Orient, organisé chaque année par le Département de l'information, que la Suisse a l'honneur d'accueillir en 2012 : il se déroulera les 12 et 13 juin à Genève et abordera l'impact des révolutions arabes sur la situation au Moyen-Orient.

Monsieur le Président,

Il est important que les membres de l'ONU soutiennent de manière constructive le travail entrepris par les Nations Unies dans le domaine de l'information. Nous espérons que les négociations de la présente résolution seront axées sur les résultats, et nous estimons à cet égard, que le projet du G-77 nous fournit une solide base de travail.

Je vous remercie.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU