29e session du Comité de l'information (30 avril-11 mai 2007)

Suisse

Déclaration prononcée par M. Simon Pidoux, Conseiller, Mission permanente de la Suisse auprès de l'Organisation des Nations Unies, lors du débat général de la 29ème session du Comité de l'information (1er mai 2007)

Vérifiez au prononcé

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d'abord de m'associer aux remerciements exprimés par les intervenants précédents au bureau sortant ainsi qu'à M. Shashi Tharoor pour le travail accompli. Ma délégation adresse ses félicitations au nouveau Secrétaire général adjoint, Monsieur Akasaka, pour sa nomination à la tête du Département de l'information. Elle s'associe également aux félicitations exprimées pour votre élection et je tiens à vous assurer du plein soutien de la Suisse dans votre tâche de conduite des travaux de cette 29ème session du Comité de l'information.

Monsieur le Président,

Ma délégation remercie le Secrétaire général adjoint M. Kiyo Akasaka pour sa présentation des différents rapports et pour la mise en perspective de leurs points saillants. Elle relève l'excellent travail du Département de l'information qui s'est montré à la hauteur des défis liés à l'agenda chargé de l'année écoulée. Je pense notamment au travail d'information lié à la création du Conseil des droits de l'homme à Genève et à ses premiers mois d'activité.

Poursuite des efforts d'amélioration

Monsieur le Président,

Le Département de l'information a su réorienter ses activités de façon ponctuelle au cours de ces dernières années. Nous sommes convaincus qu'il est essentiel pour lui de répondre de façon continue aux évolutions rapides du monde des médias, afin d'être en mesure d'offrir à ses « clients » les meilleurs produits possibles, seuls capables d'assurer une large diffusion de l'information liée aux travaux des Nations Unies. Nous sommes donc très satisfaits de la poursuite des recherches d'amélioration et nous saluons tout particulièrement la création de groupes de communications au niveau national. La mise sur pied de véritables points focaux en charge de l'information sur les Nations Unies au niveau local s'inscrit parfaitement dans la logique d'une plus grande cohérence du système des Nations Unies.

Le redéploiement et le renforcement des ressources des centres d'information à proximité des grandes métropoles qui sont aussi des lieux de concentration dans le domaine des médias nous semblent très prometteurs. De telles mesures ont été mises en œuvre au Caire, à Mexico et à Pretoria, et la Suisse encourage leur application pour les régions d'Amérique latine et caraïbes d'Asie et du Pacifique. Il convient de tirer les enseignements positifs et négatifs de ces expériences et retenir les mesures pouvant apporter des améliorations tout en tenant compte des spécificités régionales.

D'autre part, il nous semble très important que les différents centres puissent baser leurs travaux sur une mission et des objectifs clairement définis par le Département de l'information. Ces éléments permettront ainsi de mieux cerner les compétences respectives, de mesurer les résultats obtenus et d'opérer éventuellement les adaptations nécessaires.

C'est également avec satisfaction que ma délégation a pris connaissance des nombreux partenariats conclus par le Département de l'information avec la société civile. Tout en veillant à son indépendance, le Département de l'information ne peut que bénéficier de ce type de collaborations. Plus que l'accumulation de ces partenariats, conclus parfois pour la mise sur pied de manifestations ponctuelles, ne serait-il pas souhaitable pour le Département de l'information de mettre en réseau ses différents partenaires et de stimuler ainsi les échanges, les activités et donc les résultats ?

Monsieur le Président,

Les efforts d'amélioration doivent également s'appliquer aux travaux de ce comité. A ce titre, il nous semble également possible de pouvoir réduire le nombre de rapports qu'il demande au secrétariat.

Site internet de l'ONU, nouvelles technologies, multilinguisme

Ma délégation salue les améliorations du site internet et considère cet instrument comme un outil très efficace pour l'information sur les Nations Unies. L'excellent travail de l'équipe du site internet se reflète dans la qualité du produit fourni. Nous encourageons le Département à coordonner ses efforts avec la division des services informatiques du Département du Management afin qu'ils puissent se faire bénéficier mutuellement de leurs compétences. Au vu de l'importance du site internet, nous encourageons le Département de l'information à poursuivre ses efforts dans le but d'atteindre la parité linguistique en termes de contenu dans les différentes langues officielles des Nations Unies. La Suisse, pays comptant quatre langues nationales, est par nature favorable au multilinguisme et défend sur ce point une approche pragmatique, conjuguant l'efficacité du travail de communication et la nécessité d'un usage aussi large que possible des langues officiellement reconnues au sein de l'Organisation.

Concernant les nouvelles technologies, la Suisse soutient les différents efforts entrepris par le Département. Nous avons pris note avec intérêt de l'investissement consenti sous la forme de trois écrans plasma grand format qui vont être installés dans l'enceinte du Quartier général. Ma délégation juge tout aussi important l'investissement dans le webcasting, permettant sans doute d'atteindre un plus large public encore tout en soulignant, comme cela est relevé dans le rapport, les valeurs de transparence et d'ouverture chères à l'Organisation.

Monsieur le Président,

Pour conclure cette intervention, je tiens à vous assurer que la Suisse participera activement à la recherche de solutions constructives, afin de contribuer au succès de cette 29ème session du Comité de l'information.

Je vous remercie.

haut de page
Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU