ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale des veuves23 juin

La situation des veuves

Situations de conflit

Un grand nombre de femmes tombent dans le veuvage du fait d’un conflit armé. Dans certaines régions de l’Est de la République démocratique du Congo, par exemple, 50% de femmes seraient veuves, tandis qu’il y aurait trois millions de veuves en Iraq et 70 000 à Kaboul, en Afghanistan.

Les veuves survivantes du génocide au Rwanda

  • Au nombre des survivants du génocide rwandais de 1994 figurent des milliers de femmes - Hutu comme Tutsi - rendues veuves par le conflit. Complètement traumatisées, nombreuses ont été violées, certaines ont été infectées du VIH et un grand nombre ont été témoins de l’assassinat de membres de leurs familles.
  • Depuis 1994, ces femmes et les organisations qui les soutiennent s’efforcent de changer les attitudes envers les femmes au Rwanda, plaidant en faveur d’un meilleur accès pour ces femmes aux services médicaux, financiers et aux conseils, ainsi qu’en faveur de la modification des législations concernant la pauvreté, les droits matrimoniaux et d’héritage 1.

Les veuves se tuent pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants dans leur propre pays, dans les camps de refugiés ou dans les pays d’accueil. Dans de nombreuses situations d’après conflit, un grand nombre d’enfants dépendent de mères veuves - souvent de jeunes femmes, parfois enfants elles-mêmes - comme seul soutien. Il revient aussi à des grand-mères veuves de prendre soin des orphelins et de petits-enfants malades.

Avant de devenir veuves au cours d’un conflit, les femmes voient leurs maris torturés, mutilés ou victimes d’autres traitements cruels ou inhumains. Les veuves peuvent-être elles-mêmes la proie de violence liée à un conflit - y compris la violence sexuelle - sachant qu’il est fait état de violences à l’égard des femmes dans chaque zone de guerre internationale ou non internationale. Après avoir été violées et mutilées, de nombreuses veuves contractent le sida au cours d’un conflit.

Les veuves dans les pays qui sortent d’un conflit sont vulnérables aux violences en cours et sont souvent victimes d’autres violences et discrimination au lendemain d’un conflit. La maltraitance des veuves peut avoir un impact négatif sur les investissements en matière de paix et de sécurité, alimentant le cycle de violence, nourrissant l’instabilité et l’insécurité et, au bout du compte, posant un défi à la démocratie et à la sécurité durable.

Source

1 - Leçons du Rwanda : L’Organisation des Nations Unies et la prévention du génocide