ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale pour le soutien
aux victimes de la torture26 juin

« Le droit est très clair : la torture ne doit jamais être utilisée, quels que soient le moment ou les circonstances, y compris pendant un conflit ou lorsque la sécurité nationale est menacée. En cette Journée internationale, nous exprimons notre solidarité avec les centaines de milliers de victimes de la torture et les membres de leur famille dans le monde entier et leur témoignons notre soutien. »

Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU
Message 2016

Des réfugiées érythréennes attendent une assistance (mai 2014). Depuis 25 ans, des crimes contre l’humanité, dont la torture, ont été commis de manière généralisée et systématique dans les centres de détentions érythréens mais aussi dans les camps d’entraînement militaires et en d’autres endroits à travers le pays. Photo EPA/YAHYA ARHAB

Des réfugiées érythréennes attendent une assistance (mai 2014). Depuis 25 ans, des crimes contre l’humanité, dont la torture, ont été commis de manière généralisée et systématique dans les centres de détentions érythréens mais aussi dans les camps d’entraînement militaires et en d’autres endroits à travers le pays. Photo EPA/YAHYA ARHAB

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à la personne humaine. L’Organisation des Nations Unies a condamné dès le début la torture comme l’un des actes les plus vils perpétrés par des êtres humains contre leurs semblables.

La torture est un crime en vertu du droit international. Dans tous les instruments pertinents, elle fait l’objet d’une interdiction absolue et ne peut être justifiée en aucune circonstance. Cette interdiction fait partie du droit international coutumier, ce qui signifie qu’elle est obligatoire pour chaque membre de la communauté internationale, indépendamment du fait qu’il ait ratifié ou non les instruments internationaux dans lesquels la torture est expressément interdite. La pratique systématique ou généralisée de la torture constitue un crime contre l’humanité.

Par la résolution 52/149 PDF adoptée le 12 décembre 1997, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 26 juin Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture, en vue d'éliminer totalement la torture et d'assurer l'application effective de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, qui est entrée en vigueur le 26 juin 1987.

Des programmes réactifs et spécialisés sont nécessaires pour permettre aux victimes de trouver l’apaisement après avoir subi une torture. Le travail des centres de réhabilitation et des organisations du monde entier démontre que cette transition est possible.

Cette année 2016 marque également le 35e anniversaire du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture EN, administré par le Bureau des droits de l’homme à Genève. Ce fonds est un mécanisme unique, centré sur les victimes et leur famille afin de leur apporter des moyens de financement. En 2016, il distribuera un total net de 7,1 millions de dollars à 178 projets fournissant des services centrés sur les victimes à plus de 47 000 victimes, adultes et enfants, dans plus de 81 pays.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU