ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud
12 septembre

Historique

La Conférence internationale sur le financement du développement, tenue à Monterrey (Mexique) en mars 2002, a encouragé la coopération Sud-Sud, y compris par le biais de la coopération triangulaire, pour faciliter les échanges de vues sur les stratégies. Elle a également préconisé un renforcement de la coopération Sud-Sud dans le cadre de l’octroi d’assistance.

À l’issue du Sommet mondial pour le développement durable tenu à Johannesburg (Afrique du Sud), en août 2002, une déclaration et un plan d’application ont été adoptés, qui font la promotion de la coopération Sud-Sud et de la mise en place de mesures énergiques aux plans régional et sous-régional.

Exemple de coopération réussie

  • De 2004 à 2006, le Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Gouvernement des Philippines et la FAO, ont signé un accord de coopération Sud-Sud. Objectif : Fournir une assistance technique complémentaire dans les domaines de l'agriculture.
  • Résultat : Les familles agricoles ont amélioré leur production, leurs revenus et leur niveau de vie grâce à une meilleure utilisation des ressources en sol et en eau.

La troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés, tenue à Bruxelles en mai 2001, a permis de souligner l’importance de la coopération Sud-Sud en ce qui concerne la constitution de capacités et la définition de pratiques optimales, en particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation, de l’environnement, de la science et de la technologie, des échanges commerciaux, des investissements et de la coopération dans le domaine du transport en transit.

Dans le but de sensibiliser le monde et d’appuyer la coopération Sud-Sud en vue d’un développement universel, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 12 septembre, Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, dans sa résolution 58/220 du 23 décembre 2003. La première des ces journées s’est déroulée le 12 septembre 2004. Depuis, la communauté internationale a fait de cette manifestation une plateforme dynamique où elle célèbre ses réalisations, partage ses succès dans le domaine du développement, examine de nouvelles voies de collaboration, forge des partenariats novateurs et inclusifs et lance des mécanismes concrets de collaboration en vue d’atteindre les objectifs de développement adoptés au niveau international (ODAI) dont les OMD, dans le cadre d’accords Sud-Sud, Est-Est, Est-Sud, public-privé et triangulaires Nord-Sud-Sud.

En Décembre 2011, l'Assemblée générale, suivant la recommandation de la Deuxième Commission, a décidé que, à compter de 2012, la Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud ne serait plus célébrée le 12 septembre mais le 12 septembre, afin de commémorer le jour où, en 1978, la Conférence des Nations Unies sur la coopération technique entre pays en développement a adopté le Plan d'action de Buenos Aires pour la promotion et la mise coopération technique entre pays en développement.

Au cours des vingt dernières années, le monde s’est radicalement transformé sur les plans politique et économique. Les changements, particulièrement au Sud, ont été plus rapides que pendant toute autre période de durée comparable de l’histoire du monde. Les relations, au sein du Sud et entre Sud et Nord ont pris des dimensions entièrement nouvelles. Les grands problèmes actuels comme l’environnement et le changement climatique, la sécurité énergétique et alimentaire, la pauvreté globale, le lien entre croissance et équité et les migrations sont aujourd’hui de nature plus globale que Nord-Sud.

De nombreux pays du Sud ont accumulé d’importantes capacités financières et techniques. Ils ont commencé à transférer certaines de ces ressources à des conditions préférentielles et non préférentielles à d’autres pays du Sud dans le contexte d’une approche inclusive à la gestion des problèmes du monde en répartissant plus largement les avantages de la globalisation, en créant de nouveaux marchés et en établissant une base plus large pour la croissance économique. Au cours des récentes années, tirant parti d’une longue histoire d’assistance et autre coopération entre les pays en développement, plusieurs pays du Sud sont devenus des partenaires significatifs pour la coopération au développement. Une nouvelle dimension s’ajoute à la coopération au développement, notamment en Afrique et dans les pays du Sud qui demeurent particulièrement désavantagés et plus particulièrement les pays les moins avancés (PMA), les pays en développement sans littoral (PDSL) et les petits États insulaires en développement (PIED).

Afin de pouvoir totalement exploiter le grand nombre de solutions de développement disponibles du Sud pour aider à remédier aux difficultés anciennes et nouvelles du Sud, le Secrétaire général des Nations Unies dans son rapport à la soixantième-deuxième session de l’Assemblée générale (A/62/295), en a appelé, entre autres, à la communauté de développement international, y compris le système des Nations Unies, pour aider à intensifier l’impact de la coopération Sud-Sud en :