« Comme tous les travailleurs, les travailleurs migrants ont droit à un traitement équitable; de plus, c’est un élément essentiel de la préservation du tissu social et du développement durable. » — Guy Ryder, Directeur général de l'OIT

La justice sociale est une condition fondamentale de la coexistence pacifique et prospère des hommes au sein des nations et entre les nations elles-mêmes. Nous servons la justice sociale lorsque nous défendons l’égalité des sexes ou les droits des peuples autochtones et des migrants. Nous faisons progresser la justice sociale lorsque nous abattons les obstacles liés au sexe, à l’âge, à la race, à l’appartenance ethnique, à la religion, à la culture ou au handicap.

La viabilité passe par l’établissement de marchés qui permettent d’assurer une meilleure répartition des avantages du développement. Elle suppose la satisfaction d’une demande croissante de produits et de services écologiques de la part des consommateurs. Elle implique également la pose des fondements nécessaires pour assurer la dignité, la stabilité et des perspectives au profit de tous les citoyens. En nous attelant à la tâche pour opérer cette transformation, nous devons intégrer l’inclusion sociale dans nos politiques et dans toutes les actions que nous mènerons.

Mouvements de travailleurs : En quête de justice sociale

La plupart des migrations sont aujourd'hui directement ou indirectement liées à la recherche d'opportunités de travail décent. Même si l'emploi n'est pas le principal moteur, il fait généralement partie du processus migratoire. On estime à 258 millions le nombre de migrants internationaux. L'OIT estime qu'il y a environ 150 millions de travailleurs migrants (56% d'hommes / 44% de femmes). Les travailleurs migrants représentent 4,4% de tous les travailleurs et ont des taux d'activité plus élevés que les non-migrants dans le monde (respectivement 73% et 64%).