Des entreprises dynamiques et créatrices d'emplois

Célébrée chaque année depuis 2017, la Journée des micro- et des petites et moyennes entreprises met en lumière la contribution de ces entreprises, qui emploient généralement moins de 250 salariés, piliers de nombreuses économies dans le monde entier et jouant un rôle primordial dans les pays en développement.

Selon les données fournies par le Conseil International pour la Petite Entreprise (ICSB), les micro-, petites et moyennes entreprises (MPME), dans les secteurs formels et informels, représentent plus de 90% du nombre total d'entreprises et la moitié du PIB mondial, pour 60-70% des emplois dans le monde.

L'Assemblée générale a décidé de proclamer le 27 juin Journée des microentreprises et des petites et moyennes entreprises, afin de sensibiliser l'opinion publique sur leur importance dans la concrétisation des objectifs de développement durable.

Les micro-, petites et moyennes entreprises, en première ligne face aux besoins de nos sociétés

Ces entreprises sont à la source de nombreuses opportunités d’emploi et de revenus dans le monde entier. Elles sont reconnues comme un vecteur de développement et de réduction de la pauvreté.

Les MPME emploient une proportion plus importante de main d’œuvre généralement plus défavorisée, comme les jeunes, les femmes et les personnes provenant de milieux populaires. Elles sont parfois même les seules à fournir des emplois dans les milieux ruraux.

Ces entreprises sont donc en première ligne face aux besoins sociaux et fournissent un filet de sécurité en matière d’inclusion.

Accès aux services financiers

Même si ce sont les MPME qui génèrent le plus d’emplois, elles font face à de nombreux défis au cours de leur développement. L’accès aux services financiers est souvent cité comme l’un des premiers obstacles. D’après la Banque Mondiale, entre 200 et 245 millions d’entreprises n’ont pas accès à des prêts bancaires ou à un découvert malgré leurs besoins. Certaines d’entre elles bénéficient bien d’un prêt mais considèrent toujours l’accès au financement comme un obstacle. Plus de 90% de ces entreprises sont des MPME.

Les obstacles financiers concernent plus particulièrement les entreprises informelles, généralement plus petites. Même si elles produisent en règle générale moins que les entreprises formelles, elles contribuent néanmoins de manière significative à l’activité économique et à l’emploi. On estime à environ 74% le taux d’entreprises informelles parmi les MPME dans le monde (77% dans les pays en développement). Les entreprises non-enregistrées dépendent souvent du financement informel qui, même s’il facilite l’accès au financement, est associé à une plus faible croissance, voire à des situations d’illégalité.

Un secteur financier développé aide à mobiliser et allouer les ressources, à gérer les risques et à contribuer au développement du secteur privé. Le financement participe à la croissance économique et, ainsi, à la création d’emplois.

Ce défi doit ainsi être l'opportunité pour les politiques publiques et le secteur privé d’intervenir à des niveaux multiples pour encourager la formalisation, la participation et la croissance des micro-, petites et moyennes entreprises à l’échelle des marchés internationaux, régionaux et nationaux. Cette action peut prendre notamment la forme d’un accès à des services permettant de renforcer leurs capacités et leurs finances, comme la microfinance et le crédit.

Comment ces entreprises contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable ?

Les micro-, petites et moyennes entreprises sont primordiales pour atteindre les objectifs de développement durable, principalement à travers l’innovation, la créativité et un travail décent pour tous.

Les efforts à fournir pour améliorer l’accès aux sources de financement dans les secteurs clés de l’économie seront de toute première importance pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD). Les cibles 8.3 et 9.3 des ODD appellent notamment à accroître, en particulier dans les pays en développement, l’accès des entreprises aux services financiers.

Manifestation

L’Assemblée générale a invité tous les États Membres, organismes des Nations Unies et organisations internationales et régionales, ainsi que la société civile, y compris les organisations non gouvernementales, les universités, les particuliers et les autres parties prenantes concernées, à célébrer cette Journée comme il se doit et dans le respect des priorités nationales, afin d’attirer l’attention du public sur la contribution des microentreprises et des petites et moyennes entreprises au développement durable.

Elle a aussi invité les États Membres à faciliter la célébration de la Journée en encourageant la présentation de travaux de recherche, les débats d’orientation, les ateliers de praticiens et les témoignages d’entrepreneurs du monde entier.