ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage
2 décembre

« [...] nous devons impérativement nous employer à mettre un terme à l’esclavage moderne et à la servitude qui frappent les groupes les plus pauvres et les plus marginalisés – notamment les migrants, les femmes, les groupes ethniques stigmatisés, les minorités et les autochtones. »

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU
Message 2013
enfants soldats au Soudan

Parmi les minorités autochtones du Népal, le travail des enfants est courant. Le gouvernement a récemment ratifié la Convention 169 de l'OIT, un instrument juridique international qui garantit les droits des peuples indigènes et tribaux, mais n'a pas encore mis en œuvre ses dispositions. Photo HCDH/Robert Few

L’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme dispose que « nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ».

Pourtant, l’esclavage reste aujourd'hui un problème grave qui se manifeste sous diverses formes : servitude pour dettes, servage, travail forcé, travail et servitude des enfants, trafic de personnes et d’organes humains, esclavage sexuel, utilisation d’enfants soldats, vente d’enfants, mariage forcé et vente de femmes et exploitation de la prostitution.

La Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage commémore l'adoption par l'Assemblée générale de la Convention pour la répression et l'abolition de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution d'autrui [A/RES/317(IV)] du 2 décembre 1949.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU