ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage
2 décembre

« À l’occasion de cette Journée, engageons-nous ensemble à faire du Programme de développement durable à l’horizon 2030 un plan d’action pour éradiquer les causes profondes de l’esclavage et libérer tous ceux qui vivent sous le joug de ce fléau. »

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU
Message 2015
enfants soldats au Soudan

Le travail des enfants au Myanmar. Photo BIT/Crozet Marcel

L’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme dispose que « nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ».

Pourtant, l’esclavage reste aujourd'hui un problème grave qui se manifeste sous diverses formes : servitude pour dettes, servage, travail forcé, travail et servitude des enfants, trafic de personnes et d’organes humains, esclavage sexuel, utilisation d’enfants soldats, vente d’enfants, mariage forcé et vente de femmes et exploitation de la prostitution.

La Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage commémore l'adoption par l'Assemblée générale de la Convention pour la répression et l'abolition de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution d'autrui [A/RES/317(IV)] du 2 décembre 1949.

Faits et chiffres

  • Près de 21 millions de personnes sont victimes du travail forcé – 11,4 millions de femmes et de filles et 9,5 millions d’hommes et de garçons.
  • Près de 19 millions d’entre elles sont exploitées par des particuliers ou des entreprises privées et plus de 2 millions par un État ou des groupes rebelles.
  • Parmi celles qui sont exploitées par des particuliers ou des entreprises, 4,5 millions subissent une exploitation sexuelle forcée.

Source : OIT

Selon l'Organisation internationale du Travail (OIT), il ya actuellement environ 21 millions de victimes du travail forcé dans le monde, générant 150 milliards de dollars en profits illégaux dans l'économie privée chaque année.

L'OIT a adopté un nouveau protocole sur le travail forcé, qui est un traité juridiquement contraignant qui impose aux États de prendre des mesures pour combattre l’esclavage moderne sous toutes ses formes. Il agit à trois niveaux: protection, prévention et indemnisation.

Le campagne 50 for Freedom vise à convaincre au moins 50 pays de ratifier le Protocole sur le travail forcé d'ici à 2018.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU