Contexte

La création d’une Journée internationale des langues des signes a été initialement proposée par la Fédération mondiale des sourds (FMA), qui rassemble 135 associations nationales représentant environ 70 millions de sourds partout dans le monde. La résolution 72/161, adoptée par consensus le 19 décembre 2017, a été ensuite parrainée par la Mission permanente d’Antigua-et-Barbuda auprès des Nations Unies et coparrainée par 97 autres États Membres.

La journée sera célébrée chaque année le 23 septembre, date à laquelle la FMA a été créée en 1951. Cette organisation de défense des droits des personnes sourdes a fait de la préservation des langues des signes l'un de ses principaux objectifs, le considérant comme un prérequis à la réalisation des droits de l'homme des personnes sourdes.

La première Journée internationale des langues des signes sera célébrée le 23 septembre 2018 dans le cadre de la Semaine internationale des sourds, qui aura lieu du 24 au 30 septembre. La Semaine internationale des sourds a été célébrée pour la première fois en septembre 1958 et a depuis évolué pour devenir un mouvement mondial et un plaidoyer concerté pour sensibiliser aux problèmes auxquels les sourds sont confrontés dans leur vie quotidienne.

Terminologie

Les personnes atteintes de déficience auditive peuvent avoir perdu une partie de leur capacité auditive ou être sourdes. On ne parle donc de surdité que lorsque la personne n'entend pas du tout.

La déficience auditive peut être héréditaire, être due à la rubéole chez la mère au cours de la grossesse ou à des complications à la naissance, à certaines maladies infectieuses telles que la méningite, à l'utilisation de médicaments ototoxiques, à l'exposition à un bruit excessif ou au vieillissement.

Source: Organisation mondiale de la Santé