Selon la Fédération mondiale des sourds, il existe environ 72 millions de personnes sourdes dans le monde et 80% d'entre elles vivent dans des pays en développement.

Elles utilisent collectivement plus de 300 langues des signes différentes. Il s’agit de langues naturelles à part entière, structurellement distinctes des langues parlées. Une langue des signes internationale (LSI) - considérée comme un pidgin de langue des signes - est également utilisée lors de réunions entre groupes de différents pays ou de manière plus informelle lors de voyages.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées reconnaît l’égalité entre les langues des signes et les langues parlées et engage les États parties à en faciliter le recours et l'apprentissage.

Dans l’objectif de promouvoir l'identité linguistique de la communauté sourde et de sensibiliser l’opinion publique à l’importance des langues des signes pour la pleine réalisation de ses droits fondamentaux, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 23 septembre Journée internationale des langues des signes. Dans sa résolution 72/161 elle met l’accent sur la nécessité de préserver les langues des signes en tant qu’éléments essentiels de la diversité linguistique et culturelle à l’échelle mondiale et de favoriser l’accès aux services et à une éducation de qualité dans ces langues.

Elle insiste notamment sur le principe de « Rien de ce qui nous concerne ne peut se faire sans nous », faisant référence à l’implication des communautés de personnes sourdes dans les activités qui les concernent.

La première Journée internationale des langues des signes sera célébrée en 2018 sous le thème « Avec la langue des signes, tout le monde est inclus ! ».

Logo de la Journée internationale des langues des signes