ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement
10 novembre

Message de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO

Le 10 novembre 2012

La journée mondiale de la science au service de la paix et du développement est l’occasion de réaffirmer le pouvoir des sciences à construire un monde meilleur. C’est par l’intelligence humaine, la recherche scientifique, l’innovation que nous pourrons trouver, demain, des réponses aux défis qui nous semblent aujourd’hui insurmontables. La science est notre meilleur atout pour soutenir le développement inclusif et équitable, construire une durabilité mondiale dans une ère d’incertitude, face aux limites biophysiques de notre planète.

Pour réussir, nous devons former aujourd’hui les chercheurs de demain, en plus grand nombre. Nous devons également mettre la science au service de tous, dans le respect des droits fondamentaux de la personne humaine. Nous devons surtout ouvrir un nouveau chapitre de l’intégration scientifique. L’innovation et la transformation sociale dépendent de notre capacité à croiser les disciplines, à créer des synergies entre toutes les sciences : naturelles, humaines et sociales, y compris les savoirs locaux et autochtones.

La complexité des enjeux actuels dépasse les cadres d’une discipline, quelle qu’elle soit. Les défis économiques, environnements, sociaux du développement durable sont interconnectés. Tel est le message de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable cette année, à Rio. Tel est aussi le message du rapport du groupe de haut niveau sur la viabilité mondiale : pour l’avenir des hommes et de la planète : choisir la résilience. Si la science moderne a su prospérer sur le principe de la spécialisation, l’heure est à la construction d’approches plus collaboratives, mieux intégrées, capables de combiner les Message de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à l’occasion de la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement avancées de chaque science dans son domaine. La durabilité passe par la multidisciplinarité. Elle suppose également une meilleure interface entre les sciences, les politiques et les sociétés, afin que ces différentes sphères s’enrichissent et se renforcent mutuellement. Tel est le thème retenu cette année pour la journée mondiale : « La science pour la viabilité mondiale: interconnexion, collaboration, transformation ».

L’UNESCO a fait de la transdisciplinarité la clé de voute de son action pour la durabilité, dans ses programmes scientifiques internationaux ou dans son travail pour l’éducation au service du développement durable. 10 ans après la première journée mondiale pour la science, l’UNESCO reste déterminée à accompagner la réflexion internationale vers une science de la durabilité globale, par exemple à travers le Conseil consultatif scientifique auprès du Secrétaire général des Nations Unies. C’est dans cet esprit que j’appelle aujourd’hui les gouvernements, la société civile, les acteurs publics et privés, bien au-delà des cercles scientifiques, à se mobiliser pour libérer le potentiel de toutes les sciences pour le développement et la paix, qui sont indissociables et nécessaires à l’avenir que nous voulons.

Messages des années précédentes