ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée mondiale de la liberté de la presse
3 mai

La liberté de la presse

Comme le stipule l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, la liberté d'expression est un droit humain fondamental.

Faits et chiffres pour 2014

  • 71 journalistes tués
  • 826 journalistes arrêtés
  • 2 160 journalistes agressés ou menacés
  • 87 journalistes enlevés
  • 77 journalistes ont fui leur pays
  • 6 journalistes assistants tués
  • 39 net-citoyens et citoyens-journalistes tués
  • 127 bloggeurs et net-citoyens arrêtés

Sources : Reporters sans frontières

Pour devenir une réalité, la liberté d'expression a besoin d'un environnement juridique et réglementaire propice à l'essor d'un secteur des médias pluraliste et ouvert. Ce secteur doit être soutenu par le pouvoir politique et protégé par un État de droit. Il faut que la loi garantisse l'accès à l'information, notamment dans le domaine public. Enfin, les consommateurs de l'information doivent disposer des compétences nécessaires pour analyser de manière critique l'information qu'ils reçoivent et en faire la synthèse afin de s'en servir dans leur vie quotidienne et de responsabiliser les médias.

Tous ces éléments, sans oublier le respect par les professionnels des médias des normes éthiques et professionnelles les plus élevées définies par des praticiens, forment l'infrastructure fondamentale dont la liberté d'expression a besoin pour exister. Dans un tel contexte, les médias ont un rôle de gardien, la société civile établit des relations avec les autorités et les décideurs, l'information circule dans les communautés et entre les communautés.

C'est l'information qui alimente cette locomotive. L'accès à l'information est par conséquent crucial. Les lois sur la liberté de l'information, qui autorisent l'accès à l'information publique, sont essentielles, mais les moyens d'accès à l'information, que ce soit les TIC ou simplement le partage de documents, le sont tout autant.

C'est peut-être quand ils servent tout simplement de miroir à la société que les médias pluralistes et ouverts sont le plus indispensables. Pouvoir se voir tel que l'on est permet de définir les objectifs de la communauté, de redresser la barre quand la société ou ses dirigeants ont rompu leurs liens ou se sont fourvoyés. Ce rôle incombe toujours davantage au secteur des petits médias communautaires. En effet, les médias privés sont soumis à des impératifs financiers qui leur font oublier ces principes fondamentaux et les poussent à rechercher des créneaux rentables sans se soucier des besoins des populations minoritaires ou marginalisées.

Garantir la liberté des médias dans le monde entier est une priorité. Des médias indépendants, libres et pluralistes sont le pivot de la bonne gouvernance dans les jeunes démocraties comme dans les plus anciennes. Des médias libres sont des garants de la transparence, la responsabilisation et l'État de droit. Ils favorisent la participation au débat public et politique, ils contribuent à lutter contre la pauvreté. Un secteur des médias indépendant tire son pouvoir de la communauté qu'il sert et confère en retour à cette même communauté le pouvoir d'être un partenaire à part entière dans le processus démocratique.

La liberté de l'information et la liberté d'expression sont les principes fondateurs d'un débat ouvert et informé. Les nouvelles technologies vont continuer à évoluer et permettre aux citoyens de participer à la construction de leur environnement médiatique et d'accéder à une pluralité de sources.