« Cette année, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, je demande aux gouvernements de faire davantage pour que la liberté de la presse soit respectée et les journalistes protégés. En soutenant la liberté de la presse, nous défendons notre droit à la vérité. » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Médias, justice et état de droit: les contrepoids du pouvoir

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l'UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l'appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l'indépendance des médias.

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet:

  • de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse,
  • d'évaluer la liberté de la presse à travers le monde,
  • de défendre l'indépendance des médias et
  • de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l'exercice de leur profession.

En 2018, l'UNESCO célèbre la 25ème édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse sur le thème Médias, justice et état de droit: les contrepoids du pouvoir; les célébrations ont porté sur les questions des médias et de la transparence du processus politique, de l'indépendance du système judiciaire et de ses connaissances en matière de médias, et de la responsabilité des institutions de l'État vis-à-vis du public. La journée a aussi été l'occasion d'examiner les défis actuels de la liberté de la presse en ligne.

La contribution des médias à la bonne gouvernance et au développement a été reconnue dans le Programme de développement à l'horizon 2030, adopté par les États Membres des Nations Unies en septembre 2015. Alors que les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui ont guidé les actions menées par la communauté internationale pour le développement entre 2000 et 2015 ne faisaient aucune référence explicite au rôle des médias, les objectifs de développement durable (ODD) reconnaissent l'importance de l'accès du public à l'information et aux libertés fondamentales, y compris la liberté d'expression. Ceci est compris dans l'objectif 16: Promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer l'accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes.