Historique de la Journée

La célébration de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté remonte au 17 octobre 1987. Ce jour-là, une centaine de milliers de personnes se sont rassemblées au Palais du Trocadéro à Paris, où l’Assemblée générale des Nations Unies adopta en 1948 la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ce rassemblement était destiné à rendre hommage aux victimes de l'extrême pauvreté, de la violence et de la faim. Des militants de tous les pays ont ainsi réaffirmé que la pauvreté était une violation des droits de l'homme et qu’une action commune devait être menée pour faire en sorte que ces droits soient respectés. Ces convictions ont été inscrites dans une dalle à l’honneur des victimes de la misère dévoilée ce jour-là sur le parvis des libertés et des droits de l’homme, au Trocadéro.

Depuis lors, des personnes de toutes origines et de toutes croyances se rassemblent chaque année le 17 octobre pour réitérer leur engagement et manifester leur solidarité envers les pauvres. Des répliques de la dalle commémorative ont été dévoilées partout dans le monde et servent de lieu de rassemblement pour célébrer cette journée. L'une d'entre elles se trouve dans le jardin du Siège de l'ONU, à New York, et c'est là que le Secrétariat des Nations Unies organise la commémoration annuelle de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

Par sa résolution 47/196, adoptée le 22 décembre 1992, l'Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 17 octobre comme étant la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, et elle a invité tous les États à consacrer cette journée à la présentation et à la promotion d'activités concrètes, en fonction de leur contexte national, visant à éliminer la pauvreté et la misère.Cette résolution invite en outre les organisations intergouvernementales et non gouvernementales à aider les États qui en font la demande à organiser des activités nationales en vue de marquer cette journée. Le texte prie aussi le Secrétaire général de prendre les mesures requises, dans la limite des ressources disponibles, pour assurer le succès des activités qu'entreprendra l'Organisation des Nations Unies à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté.

Le 17 octobre n'est pas seulement l'occasion de mettre l’accent sur les efforts entrepris en vue d’éliminer la pauvreté ou les luttes que mènent celles et ceux qui vivent dans la pauvreté ; la journée permet à ces populations de faire entendre leur voix et offre un temps de réflexion pour reconnaître que les pauvres sont les premiers à lutter contre la pauvreté. La participation des pauvres eux-mêmes est au cœur de la célébration de la journée depuis qu'elle a été instituée. La commémoration du 17 octobre témoigne également de la volonté des populations vivant dans la pauvreté d'utiliser leurs compétences pour contribuer à l'élimination de ce fléau.

« Construire un avenir durable : S'unir pour éliminer la pauvreté

Construire un avenir durable exige d'intensifier nos efforts visant à éliminer l'extrême pauvreté et la discrimination, et pour assurer que chacun puisse exercer pleinement ses droits fondamentaux. La pleine participation des personnes vivant dans la pauvreté, en particulier leur participation aux décisions qui affectent leurs vies et leurs communautés, doit être au centre des politiques et des stratégies visant à bâtir un avenir durable. De cette façon, nous pouvons garantir que notre planète et nos sociétés puissent répondre aux besoins et aux aspirations de tous — et pas seulement à ceux de quelques privilégiés — dans le souci des générations actuelles et futures.

Par conséquent, il est particulièrement pertinent que le thème choisi par l'Organisation des Nations Unies - en consultation avec des personnes vivant dans la pauvreté et les organisations de la société civile — reconnaisse que tous doivent s'unir pour mettre fin à la pauvreté et à la discrimination afin de construire un avenir durable au sein duquel les besoins actuels seront satisfaits sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs.