« [...] rappelons-nous que l’élimination de la pauvreté n’est pas un acte de charité mais une question de justice. » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

La pauvreté n’est pas uniquement un problème économique

Dans un monde caractérisé par un niveau sans précédent de développement économique, de moyens technologiques et de ressources financières, le fait que des millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté suscite une profonde indignation morale. La pauvreté n’est pas uniquement un problème économique, mais plutôt un phénomène multidimensionnel qui englobe à la fois l’absence de revenus et l’inexistence des capacités de base nécessaires pour vivre dans la dignité.

Les personnes vivant dans la pauvreté doivent faire face de nombreux préjudices qui les empêchent de réaliser leurs droits et perpétuent leur pauvreté. Ces préjudices qui sont étroitement liés et produisent des effets synergiques, notamment :

  • conditions de travail dangereuses ;
  • logement insalubre ;
  • manque d’aliments nutritifs ;
  • accès inégal à la justice ;
  • absence de pouvoir politique ; et
  • accès limité aux soins de santé.

Cette année marque le 25e anniversaire de la déclaration de l'Assemblée générale qui, dans sa résolution 47/196 du 22 décembre 1992, a fait du 17 octobre la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. Cette année marque également le 30e anniversaire de l'appel à l'action du Père Joseph Wresinski, qui a inspiré cette Journée internationale du 17 octobre.

Thème 2018 - « S’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’homme et la dignité seront universellement respectés »

Alors que nous célébrons le 70e anniversaire de la proclamation de la Déclaration universelle des droits de l'homme cette année, il est important de rappeler le lien fondamental entre l'extrême pauvreté et les droits humains, et que les personnes vivant dans la pauvreté sont touchées de manière disproportionnée par de nombreuses violations des droits de l’homme.