ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée mondiale de la population11 juillet

Message du Directeur du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), M. Babatunde Osotimehin

Journée 2013

Il y a plus de 600 millions de filles dans le monde aujourd'hui, dont plus de 500 millions dans les pays en développement. Ce sont elles qui donnent forme au présent et à l'avenir de l'humanité. Les opportunités et les choix offerts à ces filles durant l'adolescence leur permettront d'aborder l'âge adulte en tant que citoyennes autonomes et actives.

Si elles disposent des savoir-faire et des opportunités voulues, elles peuvent investir en elles-mêmes, dans leurs familles et leurs communautés. Mais une grossesse met en danger les droits, la santé, l'éducation et le potentiel d'un bien trop grand nombre d'adolescentes, les privant d'un avenir meilleur.

Environ 16 millions de filles âgées de 15 à 19 ans donnent naissance chaque année, et les complications de la grossesse et de l'accouchement sont la principale cause de décès parmi les filles de ce groupe d'âge, surtout dans les pays en développement.

Les grossesses d'adolescentes ne sont pas seulement une question de santé, elles sont aussi une question de développement. Elles puisent leur origine dans la pauvreté, l'inégalité entre les sexes, la violence, les mariages d'enfants et les mariages forcés, les déséquilibres entre les adolescentes et leurs partenaires masculins s'agissant d'imposer sa volonté, le manque d'éducation, et l'échec des systèmes et des institutions à protéger leurs droits. Afin de porter ces problèmes à l'attention de tous, la Journée mondiale de la population est centrée cette année sur les grossesses d'adolescentes.

Pour briser le cycle des grossesses d'adolescentes, il faut que les nations, les communautés et les individus s'engagent, tant dans les pays développés que dans les pays en développement, à investir dans les adolescentes. Les gouvernements doivent promulguer et faire respecter des lois nationales qui porteront l'âge minimal du mariage à 18 ans et doivent promouvoir des initiatives, au niveau des communautés, qui soutiendront les droits des filles et préviendront les mariages d'enfants et leurs conséquences.

Les adolescents et les jeunes doivent recevoir une éducation complète à la sexualité conçue en fonction de leur âge pour acquérir les connaissances et savoir-faire qui leur sont nécessaires afin de protéger leur santé tout au long de leur vie. Pourtant, éducation et information ne suffisent pas. Des services de santé procréative de bonne qualité doivent en outre être facilement accessibles pour que les adolescents fassent des choix informés et soient en bonne santé.

Au niveau local, les communautés doivent fournir l'infrastructure indispensable à la prestation de soins de santé procréative dans un climat accueillant aux jeunes et avec délicatesse.

A la base te toutes ces activités se place la compréhension du fait que la dignité et les droits fondamentaux des adolescentes doivent être respectés, protégés et qu'il faut y satisfaire. Nous appelons aujourd'hui les gouvernements, la communauté inernationale et toutes les parties intéressées à prendre des mesures qui permettent aux adolescentes de faire des choix de vie responsables et à leur prêter l'appui nécessaire dans les cas où leurs droits sont menacés. Toute fille, où qu'elle vive et quelle que soit sa situation économique, a le droit d'accomplir son potentiel humain. Aujourd'hui, ce droit est refusé à trop de filles. Nous pouvons changer cela, et nous le devons.