Journée internationale des Casques bleus

Paix. Justice. Sécurité.

Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies s'appliquent à améliorer le respect de l'état de droit dans les régions du monde qui subissent des tensions.

Lorsqu'éclate un conflit, des vies sont toujours en jeu. Les civils sont contraints de quitter leurs foyers pour se retrouver dans des zones contrôlées par des bandits. Les tribunaux, souvent fragiles avant même l'apparition des violences, cessent alors de fonctionner. Les prisonniers s'évadent, contribuant au chaos ambiant. Partout, les armes font leur apparition, et le sentiment d'insécurité se propage à travers toute la population. Au lieu d'être gouvernée par la loi, la société plonge dans l'anarchie. Les situations d'injustice qui en découlent sont trop nombreuses et bien trop graves pour que nous puissions nous permettre de les ignorer.


Affiche au format .pdf PDF
(96 Mo)

L'envoi d'une mission de maintien de la paix sous l'égide des Nations Unies offre l'espoir d'une transition entre une situation de totale confusion et une situation apaisée. Pour faire en sorte que ce calme perdure, les soldats du maintien de la paix ne peuvent se contenter de séparer les belligérants et de désarmer les combattants. Ils doivent, dans le respect de l'état de droit et des droits de l'homme, renforcer l'autorité des institutions chargées de la sécurité et de la justice : police, tribunaux et établissements pénitentiaires.

Au sein des sociétés ayant connu des conflits par le passé, et où l'état de droit a disparu, de nombreux civils sont arrêtés, envoyés en détention dans des conditions inhumaines, sans autre forme de procès.

Le opérations de maintien de la paix des Nations Unies interviennent sur tous les fronts afin de corriger ces injustices et restaurer l'état de droit.

Pour réformer la police locale, les Nations Unies envoient sur place des agents de police hautement qualifiés issus du monde entier, qui entraînent et suivent les progrès des fonctionnaires locaux, et qui apportent leur soutien à la restructuration de la police locale et nationale. La Police des Nations Unies est certes moins connue que les fameux soldats du maintien de la paix, mais les services qu'elle rend à l'institution sont d'importance égale. Son effectif continue de croître : dans le monde, plus de 14 000 policiers sont actuellement sur le terrain, dans 16 missions politiques ou de maintien de la paix.

Outre des contrôleurs de police non armés, les Nations Unies déploient des unités de police constituées de 140 membres, comblant le fossé existant entre ses forces militaires lourdement armées et les contrôleurs de police. Ces unités de police constituées sont essentielles lorsqu'il s'agit d'assurer le maintien de l'ordre, la protection du personnel et la réussite d'autres opérations à haut risque. Parfois, dans des situations de quasi effondrement total de l'État, la Police des Nations Unies a assumé des fonctions exécutives qui l'autorisaient à appréhender et à maintenir en détention les délinquants.

Pourtant, créer des forces de police en qui la population locale a confiance, et qui respectent les droits de l'homme, ne suffit pas en soi à rétablir l'état de droit au sein de la société. Pour y parvenir, il faut absolument restaurer le bon fonctionnement des tribunaux civils, militaires et des établissements correctionnels. C'est dans cet objectif que les Nations Unies entraînent et guident le personnel de ces établissements, tout en apportant leur concours à la reconstruction des tribunaux et des prisons.

Soulignant l'importance qu'accordent le Secrétaire général et les États Membres à ces questions, le Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité a été institué au sein du Département des opérations de maintien de la paix en 2007. Son rôle consiste à renforcer, coordonner et intégrer les activités du Département dans les domaines de la police, de la justice, des corrections, de la lutte contre les mines, du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration des anciens combattants, et de la réforme du secteur de la sécurité. Il travaille en étroite collaboration avec les États Membres des Nations Unies afin de garantir que les mandats de maintien de la paix répondent de manière globale au besoin de restauration de l'état de droit, et afin d'assurer que les forces nécessaires sont déployées dans les opérations extérieures.

Le maintien de la paix au XXIème siècle travaille à la construction des fondations permettant aux institutions de se reformer, rendant possible le retour à une culture d'état de droit.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU