Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde!

Chronologie

* en anglais

Chronologie des opérations de maintien de la paix des Nations Unies

1990-1999

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Iraq et le Koweït (MONUIK)

Avril 1991-octobre 2003

La MONUIK est établie en avril 1991, suite au retrait forcé des armées iraquiennes du Koweït. La mission est chargée de surveiller la zone démilitarisée le long de la frontière entre les deux pays, de prévenir les violations de frontières et de rapporter toute intervention hostile. En février 1993, la MONUIK est renforcée et son mandat est élargi pour inclure toute action physique nécessaire à la prévention des violations en zone démilitarisée et le long de la nouvelle démarcation des frontières entre l'Iraq et le Koweït.

Mission de vérification des Nations Unies en Angola (UNAVEM II)

Juin 1991-février 1995

L'UNAVEM II est déployée pour aider le gouvernement angolais et l'União Nacional para la Independencia Total de Angola (UNITA) à respecter les accords de paix qui ont mis fin à seize années de guerre civile. L'ONU observe et vérifie les élections, mais l'UNITA en conteste les résultats. Après la reprise des hostilités, la mission aide les deux parties à négocier des cessez-le-feu puis à signer le Protocole de Lusaka. L'UNAVEM II est chargée de vérifier les phases initiales de l'accord.

Mission d'observation des Nations Unies en El Salvador (ONUSAL)

Juillet 1991-avril 1995

Établie en juillet 1991, l'ONUSAL vérifie les accords de paix entre le gouvernement salvadorien et le Frente Farabundo Marti para la Liberación Nacional visant à mettre fin à une guerre civile longue de dix ans. Les accords couvrent le cessez-le-feu, la réforme et la réduction des forces armées, la création d'une nouvelle force de police, la réforme des systèmes judiciaire et électoral, les droits de l'homme, le régime foncier et autres questions économiques et sociales. L'ONUSAL vérifie également les élections en mars et avril 1993.

Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO)

Avril 1991-présent

En 1988, le gouvernement marocain et le Frente Popular para la Liberación de Saguia el-Hamra y de Rio de Oro (POLISARIO) acceptent un plan qui débouche sur un référendum permettant aux habitants du Sahara occidental de décider de l'avenir politique du territoire. La MINURSO est créée avec pour tâche la surveillance du cessez-le-feu et l'organisation du référendum. Des divergences à propos d'éléments fondamentaux du plan en diffèrent la mise en œuvre pleine et entière. Cependant, le cessez-le-feu est maintenu et la MINURSO continue de veiller à ce qu'il soit respecté.

Mission préparatoire des Nations Unies au Cambodge (MIPRENUC)

Octobre 1991-mars 1992

La MIPRENUC * est une mission préparatoire en vue d'une opération plus importante. Elle prépare le terrain pour l'Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge (APRONUC). La MIPRENUC aide les parties cambodgiennes à respecter le cessez-le-feu avant le déploiement de l'APRONUC et lance des programmes de déminage et de sensibilisation aux mines. La mission reste déployée jusqu'à ce que l'APRONUC devienne opérationnelle en mars 1992.

Force de Protection des Nations Unies (FORPRONU)

Février 1992-mars 1995

La FORPRONU est créée initialement pour veiller à la démilitarisation de zones désignées en Croatie. Son mandat s'étend ensuite à la Bosnie-Herzégovine pour permettre la livraison d'aide humanitaire et surveiller la zone d'interdiction de survol ainsi que les « zones de sécurité ». Ensuite, la FORPRONU se déploie également à titre préventif dans l'ex-République yougoslave de Macédoine, afin de surveiller les zones frontalières. En mars 1995, la FORPRONU est restructurée pour former l'ONURC (Croatie), la FORPRONU (Bosnie-Herzégovine) et la FORDEPRENU (Ex-Rép. yougoslave de Macédoine).

Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge (APRONUC)

Mars 1992-septembre 1993

Après des années de guerre civile et d'interventions étrangères, les factions en conflit au Cambodge signent les Accords de Paris en octobre 1991. Le Conseil de sécurité établit l'APRONUC, qui désarme et démobilise les forces armées, supervise la police, contrôle les structures administratives, fait la promotion des droits de l'homme, rapatrie les réfugiés, organise des élections et commence le relèvement du pays. Une fois son mandat accompli, l'APRONUC se retire après la promulgation de la Constitution nationale en 1993.

Opérations des Nations Unies en Somalie (ONUSOM I)

Avril 1992-mars 1993

En 1991, des affrontements entre différentes factions provoquent une famine et la chute du gouvernement somalien. Le Conseil de sécurité établit l'ONUSOM I, qui surveille le cessez-le-feu de 1992, coordonne l'aide humanitaire et veille à la sécurité des fournitures humanitaires. Lorsque la situation se détériore dans le pays, le Conseil autorise les États Membres Membres de l'ONU à former la Force d'intervention unifiée pour assurer l'acheminement de l'aide humanitaire.

Opération des Nations Unies au Mozambique (ONUMOZ)

Décembre 1992-décembre 1994

En octobre 1992, le gouvernement du Mozambique et la Resistência Nacional Moçambicana acceptent de mettre fin à 14 années de guerre civile. Le Conseil de sécurité établit l'ONUMOZ pour surveiller l'accord de paix et vérifier le cessez-le-feu, la démobilisation des forces, la neutralité de la police et le processus électoral. Elle doit également fournir une aide humanitaire, notamment pour le déminage. Le nouveau gouvernement mozambicain prend ses fonctions en décembre 1994 et l'ONUMOZ met fin à sa mission.

Opérations des Nations Unies en Somalie II (ONUSOM II)

Mars 1993-mars 1995

L'ONUSOM II a été créée pour succéder à la Force d'intervention unifiée. Elle a pour mandat d'instaurer des conditions de sécurité pour les opérations de secours humanitaire, y compris par des mesures de cœrcition. A cette fin, elle surveille les cessez-le-feu, saisit les armes non autorisées, maintient la sécurité dans les ports, s'occupe du déminage et aide au rapatriement des réfugiés. La mission s'efforce aussi de rétablir des structures de police et d'État. En 1994-1995, l'UNOSOM II se consacre à la promotion du dialogue et l'aide aux secours humanitaires.

Mission d'observation des Nations Unies Ouganda-Rwanda (MONUOR)

Juin 1993-septembre 1994

Les premiers affrontements entre les forces armées du gouvernement rwandais, majoritairement hutu et le Front patriotique du Rwanda, mené par des Tutsis, ont lieu en octobre 1990. En dépit d'une série de cessez-le-feu, les combats reprennent en 1993 le long de la frontière entre le Rwanda et l'Ouganda. Après un nouveau cessez-le-feu, le Conseil de sécurité déploie la MONUOR en Ouganda pour vérifier qu'aucune aide militaire ne franchit la frontière internationale entre les deux pays.

Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie (MONUG)

Août 1993 - juin 2009

Après une tentative de sécession d'avec la Géorgie par l'Abkhazie, des affrontements éclatent en 1992, alors que les troupes gouvernementales géorgiennes essaient de sécuriser les chemins de fer et les voies de communication. La MONUG est établie pour vérifier le respect de l'accord de 1993, mais son déploiement est suspendu, car le cessez-le-feu n'est pas respecté. En 1994, le mandat de la MONUG est élargi après la signature d'un accord de cessez-le-feu et de dégagement des forces. La mission observe aussi les opérations des forces de maintien de la paix de la Communauté des États indépendants (CEI). [La mission en Géorgie a pris fin en juin 2009, dû à un manque de consensus entre les membres du Conseil de sécurité, à propos de l'extension du mandat.]

Mission d'observation des Nations Unies au Libéria (MONUL)

Septembre 1993-septembre 1997

La guerre civile éclate au Libéria en 1990. La Communauté économique des États Membres de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) envoie une force de maintien de la paix (ECOMOG) et négocie une série d'accords. La MONUL est établie afin de collaborer avec l'ECOMOG, veiller au respect du cessez-le-feu, de l'embargo sur les armes et de la démobilisation, ainsi que pour enquêter sur les violations des droits de l'homme. En dépit de difficultés et de combats intermittents, les parties acceptent le calendrier proposé par la CEDEAO en 1997. La MONUL observe les élections, en consultation avec la CEDEAO et l'Organisation de l'unité africaine.

Mission des Nations Unies en Haïti (MINUHA)

Septembre 1993-juin 1996

En septembre 1991, le premier président haïtien démocratiquement élu est renversé. La MINUHA est créée suite à un accord prévoyant le rétablissement d'un gouvernement constitutionnel, afin d'aider à la modernisation de l'armée et à la mise sur pied d'une nouvelle force de police. Cependant, les auteurs du coup d'État empêchent le déploiement de la MINUHA et la première équipe de la mission se retire. En 1994, le gouvernement légitime est rétabli par une force multinationale autorisée par le Conseil de sécurité. La MINUHA finit par reprendre les rennes pour maintenir des conditions sûres, aider à créer une nouvelle force de police et créer les conditions nécessaires à la tenue d'élections libres et équitables.

Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR)

Octobre 1993-mars 1996

La MINUAR est établie pour aider à la mise en œuvre d'un accord entre le Gouvernement rwandais et le Front patriotique rwandais mené par des Tutsis. Elle doit superviser le cessez-le-feu et garantir la sécurité pendant la période de transition. La campagne génocidaire contre les Tutsis commence en avril 1994. Son mandat ayant été réduit, la MINUAR s'efforce de mettre fin aux hostilités. Devant la détérioration de la situation, le Conseil de sécurité élargit son mandat pour protéger les opérations de secours dans la mesure du possible. Après l'entrée en fonction d'un nouveau gouvernement, la MINUAR appuie les tentatives de réconciliation et l'aide humanitaire.

Groupe d'observateurs des Nations Unies dans la bande d'Aouzou (GONUBA)

Mai 1994-juin 1994

Depuis 1973, le Tchad et la Jamahiriya arabe libyenne se disputent la bande d'Aouzou, une zone située entre les deux pays. En septembre 1990, ils portent leur différend devant la Cour internationale de justice de l'ONU. Conformément à la décision de ce tribunal, la Jamahiriya arabe libyenne se retire de la bande d'Aouzou en avril et mai 1994. Le Conseil de sécurité déploie le GONUBA pour vérifier ce retrait. Le Groupe conclut sa mission après que les deux parties ont déclaré que le retrait était achevé.

Mission d'observation des Nations Unies au Tadjikistan (MONUT)

Décembre 1994-mai 2000

Le Tadjikistan est déstabilisé par une guerre civile. Depuis 1992, l'ONU mène une mission de bons offices auprès du gouvernement et de l'Opposition unifiée tadjike. La Communauté des États indépendants déploie une force de maintien de la paix. La MONUT est établie pour surveiller le cessez-le-feu et maintenir une liaison avec les forces de la CEI. Les parties signent un accord général de paix en juin 1997 et la MONUT est renforcée pour aider à en surveiller l'application.

Mission de vérification des Nations Unies en Angola (UNAVEM III)

Février 1995-juin 1997

L'UNAVEM III est créée pour aider le gouvernement et l'UNITA à restaurer la paix et à parvenir à la réconciliation nationale sur base des Accords de paix et du Protocole de Lusaka. Ses activités comprennent la surveillance du cessez-le-feu et du désarmement, ainsi que l'appui au déminage et autres activités humanitaires. En dépit d'un calendrier détaillé, les parties ne terminent pas toutes leurs tâches avant que le mandat de la mission arrive à son terme. À l'UNAVEM III succède une autre mission de l'ONU, la MONUA.

Opération des Nations Unies pour le rétablissement de la confiance en Croatie (ONURC)

Mars 1995-janvier 1996

L'ONURC facilite la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu en Croatie et surveille la démilitarisation de la péninsule de Prevlaka. La Croatie ayant repris par la force ses territoires en Slavonie occidentale et en Krajina, la mission se retire de ces zones. Cependant, suite à l'accord passé entre le gouvernement croate et les dirigeants serbes croates pour permettre une réintégration pacifique de la Slavonie orientale à la Croatie, le Conseil de sécurité établit une nouvelle opération de maintien de la paix dans la région, l'ATNUSO, et met fin au mandat de l'ONURC.

Force de déploiement préventif des Nations Unies (FORDEPRENU)

Mars 1995-février 1999

La FORDEPRENU remplace la FORPRONU en ex-République yougoslave de Macédoine. Elle surveille les développements dans les zones frontalières avec la République fédérale de Yougoslavie et l'Albanie et fait rapport sur ceux-ci, car ils pourraient miner la stabilité du pays, et elle encourage le dialogue inter-ethnique au sein du pays. Le Conseil de sécurité met fin au mandat de la mission en février 1999.

Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine (MINUBH)

Décembre 1995-décembre 2002

Créée en 1995, la MINUBH exerce un large éventail de fonctions relatives au maintien de l'ordre et à la réforme des forces de police en Bosnie-Herzégovine. La mission coordonne également d'autres activités de l'ONU dans le pays dans les domaines du secours humanitaire et des réfugiés, du déminage, des droits de l'homme, des élections et de la remise en état des infrastructures ou du relèvement économique. Ayant terminé son mandat, la MINUBH se retire en décembre 2002.

Administration transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem occidental (ATNUSO)

Janvier 1996-janvier 1998

L'Accord fondamental de novembre 1995 prévoit l'intégration pacifique de la région à la Croatie et demande à l'ONU de mettre sur pied une administration chargée de gouverner la région pendant la période de transition et d'autoriser le déploiement d'une force internationale chargée de maintenir l'ordre public. L'ATNUSO supervise la démilitarisation, surveille le retour librement consenti des réfugiés, organise les élections d'avril 1997 et en valide les résultats et entreprend d'autres activités relatives à l'Accord fondamental.

Mission d'observation des Nations Unies à Prevlaka (MONUP)

Février 1996-décembre 2002

La MONUP, établie par le Conseil de sécurité en février 2006, prend le relais d'une autre mission de maintien de la paix, l'ONURC, avec pour tâche de surveiller la démilitarisation de la péninsule de Prevlaka, zone stratégique que se disputent la Croatie et la République fédérale de Yougoslavie. Son mandat étant terminé, la MONUP se retire en décembre 2002.

Mission d'appui des Nations Unies en Haïti (MANUH)

Juillet 1996-juillet 1997

La MANUH est créée pour succéder à la MINUHA et prêter son aide au gouvernement afin d'améliorer les compétences professionnelles de la police et de maintenir des conditions de sécurité et de stabilité propices au processus de réforme de cette dernière. Elle coordonne également les activités du système des Nations Unies et encourage le renforcement des institutions, la réconciliation nationale et le relèvement économique.

Mission de vérification des Nations Unies au Guatemala (MINUGUA)

Janvier 1997-mai 1997

En décembre 1996, le gouvernement du Guatemala et l'Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca (UNRG) signent un accord de paix qui met fin à 36 années de guerre. En janvier 1997, le Conseil de sécurité adjoint une composante militaire à la MINUGUA, mission de vérification des droits de l'homme établie par l'Assemblée générale en 1994. Après avoir vérifié le respect de l'accord de cessez-le-feu, la séparation des forces et la démobilisation des combattants de l'UNRG, la composante militaire se retire.

Mission d'observation des Nations Unies en Angola (MONUA)

Juillet 1997-février 1999

L'UNAVEM III ayant complété son mandat, elle est remplacée en juillet 1997 par une nouvelle mission des Nations Unies en Angola, la MONUA, qui doit aider les parties angolaises à consolider la paix et la réconciliation nationales, renforcer la confiance et instaurer un climat propice à la stabilité à long terme, à l'évolution démocratique et au relèvement du pays. La MONUA se retire en février 1999. En octobre 1999, le Conseil de sécurité ouvre un bureau politique, le BUNUA, qui opère la liaison avec les autorités nationales.

Mission de transition des Nations Unies en Haïti (MITNUH)

Août 1997-novembre 1997

La MITNUH, qui assure la relève de la MANUH, a un mandat limité à une période de quatre mois qui prend fin le 30 novembre 1997. Elle doit aider le gouvernement de Haïti à encourager la professionnalisation de la police nationale (PNH) et y contribuer. Ses tâches comprennent la formation d'unités de police spécialisées dans le contrôle des attroupements et celle des forces d'intervention rapide.

Mission de police civile des Nations Unies en Haïti (MIPONUH)

Décembre 1997-mars 2000

La MIPONUH doit particulièrement mettre l'accent sur l'aide aux unités de police spécialisées et sur leur formation. Elle a également pour mission de surveiller les activités de la police, de guider les officiers de police dans l'accomplissement de leurs tâches quotidiennes et de maintenir une coordination étroite avec les conseillers techniques internationaux de la police nationale.

Groupe d'appui de la police civile des Nations Unies (UNPSG)

Janvier 1998-octobre 1998

Après le retrait de l'ATNUSO, le Conseil de sécurité déploie un groupe d'observateurs de police de l'ONU qui continue à surveiller les activités de la police croate dans la région du Danube, en particulier en ce qui concerne le retour des déplacés, et cela pour une seule période de 9 mois qui a pris fin le 15 octobre 1998. Le Groupe * termine sa mission en octobre 1998 et transmet ses responsabilités au programme de suivi de la police de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINURCA)

Avril 1998-février 2000

En 1996, la République centrafricaine est secouée par des mutineries au sein de l'armée. En janvier 1997, après une trêve négociée par quatre présidents africains, les parties signent les Accords de Bangui et une force interafricaine, la MISAB, se déploie pour en surveiller la mise en œuvre. La MINURCA prend la relève de la MISAB en avril 1998 pour aider au maintien de la sécurité et de la stabilité, surveiller la disposition finale des armes récupérées pendant l'opération de désarmement et fournir des conseils concernant la restructuration de la police nationale ou les plans électoraux nationaux.

Mission d'observation des Nations Unies en Sierra Leone (MONUSIL)

Juillet 1998-octobre 1999

En mai 1997, la Sierra Leone connaît des troubles qui culminent en un coup d'état militaire qui renverse le gouvernement démocratiquement élu. Une intervention de la Communauté économique des États Membres de l'Afrique de l'Ouest et de ses forces de maintien de la paix rétablit le gouvernement en mars 1998. La MONUSIL * est créée pour surveiller la situation militaire et la sécurité ainsi que le désarmement et la démobilisation des anciens combattants. Elle se retire après le déploiement d'une plus grosse opération de maintien de la paix de l'ONU, la MINUSIL.

Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK)

Juin 1999-présent

En juin 1999, le Conseil de sécurité autorise une présence de sécurité dirigée par l'OTAN au Kosovo (KFOR), ainsi qu'une opération de maintien de la paix, la MINUK, pour exercer l'autorité administrative et exécutive dans la province, maintenir l'ordre public, coordonner les secours humanitaires, appuyer la remise en état des infrastructures, promouvoir les droits de l'homme, et veiller au retour en toute sécurité des réfugiés et personnes déplacées. Sa mission est également de promouvoir l'instauration d'une autonomie et d'une auto-administration substantielles et de faciliter un processus politique visant à déterminer le statut futur du Kosovo.

Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL)

Octobre 1999-décembre 2005

La MONUSIL ayant terminé son mandat, le Conseil de sécurité crée la MINUSIL qui doit coopérer avec le gouvernement et d'autres parties afin de faire appliquer l'Accord de paix de Lomé et aider au processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion. Le mandat de la MINUSIL prend fin en décembre 2005. Une autre mission prend la relève, le BINUSIL, qui est créé pour poursuivre la consolidation de la paix dans le pays.

Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental (ATNUTO)

Octobre 1999-mai 2002

En août 1999, la population du Timor oriental décide, lors d'un référendum organisé par l'ONU, de se séparer de l'Indonésie. En réaction, des forces anti-indépendance lancent une campagne de terreur. Le Conseil de sécurité autorise la création d'une force internationale, l'INTERFET, afin de restaurer l'ordre. En octobre, le Conseil crée l'ATNUTO pour administrer le territoire et exercer l'autorité législative et exécutive pendant la période de transition. Le mandat de l'ATNUTO se termine en mai 2002, lorsque le Timor oriental devient une nation indépendante.

Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC)

Novembre 1999 - juin 2010

Mi-1999, un accord est atteint pour visant à la cessation des hostilités en République démocratique du Congo. La MONUC est créée pour assurer une liaison avec les toutes les parties à l'accord. La mission est élargie en 2000 pour surveiller la mise en œuvre du cessez-le-feu, permettre l'application de l'accord de paix et vérifier le désengagement et le redéploiement des forces en présence. En 2006, la MONUC contribue à l'organisation des premières élections démocratiques en RDC depuis 40 ans. La mission reste sur place pour remplir d'autres aspects de son mandat.