ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Semaine de solidarité avec les peuples
des territoires non autonomes
25-31 mai

S'engager à aider et à développer

Le chapitre XI de la Charte de l'ONU - la Déclaration relative aux territoires non autonomes - stipule que les États Membres administrant des territoires qui n'ont pas accédé à l'autonomie doivent reconnaitre que « les intérêts des habitants de ces territoires sont prédominants » et accepter comme une « mission sacrée » l'obligation de promouvoir leur bien-être.

À cette fin, les puissances administrantes, en plus d'assurer le progrès politique, économique, social et éducatif des peuples, s'engagent à les aider à développer des institutions politiques autonomes et démocratiques. Les puissances administrantes ont l'obligation de communiquer régulièrement au Secrétaire général des informations sur les conditions économiques, sociales et éducatives dans les territoires placés sous leur administration.

Un cargo affrété par l'ONU en route pour l'archipel de Tokelau

Le Comité spécial de la décolonisation envoie une mission dans l'archipel des Tokelau, un territoire sous souveraineté néo-zélandaise. Photo ONU / Cook

En 1946, huit États Membres (l'Australie, la Belgique, le Danemark, la France, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis) ont dénombré 72 territoires tombant sous leur administration qu' ils ont considéré comme non autonomes. Huit d'entre eux sont devenus indépendants avant 1959.

Pour diverses raisons, la transmission d'informations par les puissances administrantes a été interrompue pour 21 territoires non autonomes. Dans certains cas, tel que le Groenland, l'Alaska et Hawaii, l'Assemblée générale a accepté la cessation de la transmission de données. Dans d'autres circonstances, la décision a été prise unilatéralement par la puissance administrante.

En 1963, l'Assemblée générale a approuvé une liste révisée de 64 territoires à laquelle s'appliquait la Déclaration de 1960 sur la décolonisation.

La liste des territoires comprenait les deux derniers territoires sous tutelle restant à cette époque (Nauru et les îles du Pacifique); les territoires non autonomes pour lesquels l'information était transmise en vertu du chapitre XI de la Charte (article 73e), les territoires administrés par l'Espagne, la Namibie (alors appelée Sud-Ouest africain), et les territoires non autonomes pour lesquels aucune information n'a été transmise mais que l'Assemblée a considéré comme étant non-autonomes - à savoir les territoires sous administration portugaise et la Rhodésie du Sud (l'actuel Zimbabwe).

La liste fut élargie en 1965 pour inclure la Côte française des Somalis (aujourd'hui connue sous le nom de Djibouti) et Oman. L'archipel des Comores a été inclu en 1972 et la Nouvelle-Calédonie en 1986.

De 1960 à 2002, 54 territoires ont accédé à l'autonomie. À l'heure actuelle, il reste dans le monde 16 territoires non autonomes.