ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale de la montagne
11 décembre

Thème de la Journée 2011 : « Les forêts de montagne, racines de notre avenir »

Les forêts de montagne protègent les communautés locales contre les catastrophes naturelles, sauvegardent les ressources naturelles et assurent des services environnementaux pour des milliards de personnes qui en dépendent pour leur subsistance et leur bien-être. Les forêts de montagne font partie des paysages les plus majestueux sur terre, mais elles sont menacées.

Les forêts de montagne protègent les sources d'eau douce

Des montagnes au Honduras

Les forêts de montagne couvrent plus de 9 millions de kilomètres carrés, soit 28% de la superficie des formations forestières fermées dans le monde.
Des montagnes au Honduras. Photo ONU/ A. Wolff

Plus de la moitié de la population mondiale dépend de l’eau douce stockée en montagne pour l’alimentation, l’hygiène, l’irrigation, l’hydroélectricité, l’industrie ou les transports. Par conséquent, la qualité de l’eau se détériore dans les ruisseaux et rivières qui desservent les communautés situées en amont et en aval. Les poissons et les autres espèces aquatiques sont alors menacés. Les systèmes d’irrigation, dont dépendent les agriculteurs des hautes-terres et des basses-terres, s’envasent et menacent la production alimentaire tout en entraînant des coûts d’entretien.

Les forêts de montagne protègent des catastrophes naturelles

Les forêts de montagne aident à assurer que les gens soient protégés contre les catastrophes naturelles. Dans les zones de montagne, lorsque le couvert forestier n’est pas préservé, les villages et les villes, les centres touristiques, les centrales électriques, les lignes de transmission, les chemins de fer et les routes deviennent plus vulnérables aux glissements de terrain, aux avalanches et aux inondations. À mesure que le climat change, le bouclier de protection fourni par les forêts de montagne ne revêt que plus d'importance. En effet, les tempêtes tendant à s’intensifier, le niveau des précipitations deviendra plus élevé, augmentant ainsi le risque de catastrophes naturelles dans les zones de montagne.

Des forêts en bonne santé pour des collectivités en bonne santé

Pour que les forêts de montagne puissent nous protéger, elles doivent être en bonne santé. La santé d’une forêt est déterminée par sa densité et par la présence d’un éventail d’espèces d’arbres de hauteurs et d’âges différents. Ce mélange est essentiel afin que la forêt résiste aux aléas naturels, aux infestations parasitaires et aux maladies.

Beaucoup de forêts de montagne demeurent en bonne santé. Cependant, dans certains cas, lorsque ces forêts sont gérées par des sociétés qui n’ont aucun lien avec les communautés locales et sont axées sur la production d’un seul produit, souvent le bois, le maintien de la santé globale de la forêt n’est pas la priorité absolue.

Montagnes au Guatemala

La déforestation peut entraîner une érosion des sols, de mauvaises récoltes et des pénuries alimentaires. Vue des montagnes de la province Quiche au Gatemala. Photo ONU/John Olsson.

Les forêts de montagne menacées

La déforestation dans les montagnes est entraînée en grande partie par la croissance démographique et l’expansion de l’agriculture commerciale. Comme la concurrence pour les terres dans les zones de montagne a augmenté, les petits agriculteurs ont été contraints de défricher des terres marginales sur des pentes abruptes impropres à l’agriculture. Les éleveurs envoient les animaux paître sur les pâturages de montagne et les terres forestières, détruisant souvent le couvert végétal, compactant le sol, empêchant la régénération naturelle et compliquant le reboisement. L’exploitation commerciale et minière a également contribué à une perte du couvert forestier dans les montagnes.

Protéger les forêts de montagne

Des travaux doivent être entrepris à tous les niveaux de gouvernance afin de s’assurer que les forêts de montagne soient protégées et puissent, à leur tour, nous protéger en nous fournissant des biens et services environnementaux vitaux.

Au niveau communautaire, il est fondamental que les gens de montagne aient leur mot à dire dans la façon dont les ressources forestières locales sont gérées, et jouissent de droits d’accès à la terre et à l’eau bien définis, afin de mener efficacement leurs responsabilités de gérance et soient correctement récompensés pour leur travail.

Les aménagistes forestiers doivent également appliquer de meilleures pratiques forestières pour assurer que les forêts de montagne puissent exercer leurs fonctions de protection essentielles.

Aux niveaux national et international, les décideurs et les délégués doivent prendre en compte les problématiques liées aux forêts de montagne et intégrer ces connaissances dans les stratégies nationales et internationales de réduction des risques liés aux catastrophes, la gestion des ressources en eau, l’adaptation aux changements climatiques ainsi que l’atténuation de leurs effets.