Thème 2017 – « Les montagnes sous pression : climat, faim, migration »

Près d'un milliard de personnes vivent dans des zones de montagne, et plus de la moitié de la population humaine dépend des montagnes pour l'eau, les aliments et l'énergie propre. Pourtant, les montagnes sont menacées par le changement climatique, la dégradation des terres, la surexploitation et les catastrophes naturelles, avec des conséquences potentiellement profondes et dévastatrices, tant pour les communautés de montagne que pour le reste du monde.

Les montagnes sont des premiers indicateurs du changement climatique et à mesure que le climat mondial continue de se réchauffer, les populations de montagne — quelques qui souffrent les plus de la pauvreté et de la faim du — font face de plus en plus de luttes pour survivre. La hausse des températures signifie également que la fonte des glaciers de montagne continuera à des taux sans précédent, affectant les approvisionnements en eau douce en aval de millions de personnes. Cependant, les communautés de montagne détiennent une multitude des connaissances et des stratégies accumulées au fil des générations, sur la façon de s'adapter à la variabilité du climat.

Les changements climatiques, la variabilité du climat et les catastrophes liées au climat, combinés à la marginalisation politique, économique et sociale, augmentent la vulnérabilité des populations de montagne à la pénurie alimentaire et à l'extrême pauvreté. À l'heure actuelle, environ 39 pour cent de la population de montagne dans les pays en développement, soit 329 millions de personnes, est estimée vulnérable à l'insécurité alimentaire.

À mesure que la vulnérabilité des populations de montagne augmente, la migration monte à la fois à l'étranger et aux centres urbains. Ceux qui restent sont souvent des femmes, laissés pour gérer les fermes mais avec peu d'accès au crédit, à la formation et aux droits du régime foncier. L'exode des zones de montagne résultera également dans une perte inestimable en termes de fourniture de services écosystémiques et de la conservation de la diversité culturelle et agrobiologique. Les investissements et les politiques peuvent atténuer les conditions de vie difficiles des communautés de montagne et inverser les tendances d’exode des zones de montagne.

La Journée internationale de la montagne 2017 fournit une occasion de mettre en évidence comment le climat, la faim et la migration affectent les hauts plateaux et d’assurer à ce que le développement durable des montagnes soit intégré dans le programme 2030 et dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris.

Cette année, le thème est également lié à la Réunion globale du Partenariat de la montagne, qui se tiendra du 11 au 13 décembre au siège de la FAO à Rome, en Italie. La réunion a pour objectif de mettre l'accent sur les défis et les opportunités du développement durable des montagnes. Elle vise également à lancer un plan d'action pour soutenir des actions concrètes et des politiques aptes à renforcer la résilience des populations et des environnements de montagne.

Vous voulez organiser un évènement? Faites-le savoir! Vous pouvez aussi participer au concours vidéo ou télécharger du matériel de promotion.

Logo de la Journée internationale de la montagne

À retenir

  • Les montagnes couvrent environ 22 % de la surface émergée de la terre et habritent 13 % de la population mondiale.
  • Les montagnes contribuent non seulement à l’alimentation et au bien-être des quelque 915 millions de personnes qui y vivent, mais elles fournissent également des avantages indirectes aux milliards d’habitants qui vivent plus en aval.
  • Aujourd'hui, 90 pour cent de la population de la montagne vit dans les pays en développement où une grande majorité vit en-dessous du seuil de pauvreté et 1 personne sur 3 est confrontée à la menace de l’insécurité alimentaire.
  • Les montagnes fournissent entre 60 et 80 % de l’eau douce de la planète – sans laquelle le développement durable qui vise à éliminer la pauvreté et la faim serait impossible.
  • Les montagnes ont un rôle clé à jouer dans la production d’énergie renouvelable, surtout grâce à la production d’hydroélectricité, d’énergie solaire, d’énergie éolienne et de biogaz.