Thème 2016 : « Cultures des montagnes: célébrer la diversité et renforcer l'identité est le thème choisi, cette année, pour la célébration de la Journée internationale de la montagne »

11 décembre - Journée internationale de la montagne

Les montagnes couvrent environ 22 pour cent de la surface émergée de la terre et jouent un rôle essentiel dans la transition globale vers une croissance économique durable.

Les Montagnes contribuent non seulement à l’alimentation et au bien-être des quelque 915 millions de personnes qui vivent dans les montagnes à travers le monde, mais elles fournissent également des avantages indirectes aux milliards d’habitants qui vivent plus en aval.

Les montagnes fournissent notamment de l’eau douce, de l’énergie et de la nourriture - des ressources qui devraient se raréfier au cours des prochaines décennies.

Les cultures des montagnes

Cette année, la célébration de la Journée internationale de la montagne célèbre les cultures des montagnes. De nombreuses régions des montagnes abritent des communautés autochtones anciennes qui possèdent et conservent des connaissances et traditions précieuses. Le patrimoine traditionnel, la culture et la spiritualité sont intrinsèquement liés à la subsistance des populations des montagnes, où les modes de vie traditionnels déterminent la façon dont les gens gagnent leur vie.

Les montagnes sont également la source de ruisseaux et rivières, elles ont ainsi été vénérées comme la maison de nombreux dieux à travers l’histoire. Ainsi, pendant les sécheresses, le peuple Kikuyu se tournait vers le mont Kenya et priaient le dieu Ngai pour que la pluie vienne. Dans les Andes, le peuple Inca avait construit ses temples sur les pics les plus hauts, à plus de 6 000 mètres. En Chine, les villages dédiaient traditionnellement un temple au dieu des montagnes local, responsable de nuages et de la pluie.

Une large proportion des populations minoritaires du monde vit en montagne. Beaucoup constituent de petites communautés mais de larges groupes existent aussi, à l’image du peuple Quechua dans les Andes, Amhara en Éthiopie, et Tibétains et Yi en Chine. L’isolation créée par les frontières topographiques a permis la création et le préservation de nombreuses et diverses cultures relativement intactes. Malheureusement, la stabilité des populations en montagne, possédant chacune leurs systèmes de valeurs et leurs croyances, est menacée par les migrations, l’urbanisation et les conflits.

Les populations des montagnes jouent un rôle essentiel dans la gestion de leurs écosystèmes. À travers les siècles, elles ont développées des systèmes remarquables, uniques et riche en biodiversité dans l’utilisation de leurs terres, dans leurs approches face au changement climatique, dans leurs alimentations ainsi que dans leurs produits.

Souvent forgées dans une profonde connexion à la terre, les visions du monde des communautés vivant dans les montagnes les ont poussées à prendre soin de l’environnement et des ressources naturelles dans leur agriculture. Ainsi, dans les Andes la mère-nature, Pachamama, vénérée par les peuples indigènes pour son influence sur les récoltes, incarne la montagne et est considérée comme étant a l’origine des tremblements de terre. Les rituels pour honorer Pachamama renforcent les relations entre ces communautés et leur environnement naturel, rassemblant les populations de plusieurs clans et villages à divers moments du cycle agricole.

De plus, des montagnes et leurs parcs naturels possèdent un rôle d’inspiration, de spiritualité, de loisir et de relaxation. Du ski et à l’escalade en passant par les rencontres avec des gorilles au Rwanda et la visite des églises creusées dans la roche en Ethiopie, les montagnes offrent des aventures nombreuses et diverses pour tous. D’après l’UNESCO, 376 des 669 réserves de biosphère dans le monde, soit 56%, contiennent un écosystème de montagne.

Les impacts du tourisme sur la culture et l’identité des populations de montagnes peuvent être porteurs de possibilités mais aussi de défis. Un tourisme respectueux des communautés peut permettre une distribution plus équitable des revenus, aider à la préservation des cultures et savoirs locaux, réduire les exodes ruraux et apporter des incitations à la protection des écosystèmes des montagnes, de leurs biens et services.