ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale
de la langue maternelle
21 février

Langues et diversité culturelle

Les langues, avec leurs implications complexes en termes d’identité, de communication, d’intégration sociale, d’éducation et de développement, revêtent une importance stratégique pour les peuples et pour la planète. Or, du fait des processus de mondialisation, elles se trouvent de plus en plus menacées ou disparaissent purement et simplement. Lorsque les langues s’éteignent, la diversité culturelle, qui fait la richesse de l’humanité, s’amenuise. Car, avec elles, ce sont aussi des perspectives, des traditions, une mémoire collective et des modes uniques de pensée et d’expression – autant de ressources précieuses pour garantir un avenir meilleur – qui se perdent.

Sur les 7 000 langues environ parlées dans le monde, plus de 50 % vont probablement s’éteindre en l’espace de quelques générations et 96 % ne sont parlées que par 4 % de la population mondiale. Seules plusieurs centaines de langues sont véritablement valorisées dans le système éducatif et dans le domaine public, et moins d’une centaine sont utilisées dans le monde numérique.

La diversité culturelle et le dialogue interculturel, la promotion de l’éducation pour tous et le développement de sociétés du savoir sont des éléments phares de l’action de l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Il n’est pas possible d’atteindre ces objectifs sans un engagement de l’ensemble de la communauté internationale à promouvoir le multilinguisme et la diversité linguistique, et notamment de préserver les langues menacées de disparition.

La Journée internationale de la langue maternelle, proclamée par la Conférence générale de l'UNESCO, en novembre 1999, est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme.

En janvier 2006, l’UNESCO a mis en place un organe de veille stratégique (l'Équipe spéciale sur les langues et le multilinguisme, présidée par le Directeur général) et une structure de suivi opérationnel (le réseau des points focaux pour les langues) afin d’assurer la synergie entre les secteurs et les services concernés par les langues. Par le biais de cette combinaison efficace, renforcée et revivifiée depuis février 2008 par la création d’une Plateforme intersectorielle sur les langues et le multilinguisme (PILM), l’Organisation travaille sur le plan global à la promotion de principes enracinés dans ou dérivés des outils normatifs relatifs aux langues, et localement au développement de politiques nationales et régionales cohérentes, en conformité avec sa stratégie à moyen-terme.

Le 16 mai 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé l'Année internationale des langues (2008), suite à la résolution adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO lors de sa 33e session le 20 octobre 2005. Les questions de langue étant au cœur du mandat de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation, des sciences, des sciences humaines et sociales, de la culture ainsi que de la communication et de l’information, l’Organisation a été nommée organisme chef de file pour la célébration de cet événement.

Cette initiative a permis d’attirer l’attention sur les questions linguistiques mais aussi de mobiliser des partenaires et des ressources pour appuyer la mise en œuvre des stratégies et politiques en faveur de la diversité linguistique et du multilinguisme dans toutes les régions du monde.

La désignation de 2008 comme Année internationale des langues intervint à un moment où la diversité linguistique était de plus en plus menacée. Or, la langue est indispensable à la communication sous toutes ses formes et c’est la communication qui rend possibles le changement et le développement au sein de la société humaine. Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, le fait d’utiliser (ou de ne pas utiliser) certaines langues peut ouvrir des perspectives (ou les fermer) à de larges fractions de la société.

Parallèlement, on est de plus en plus conscient que les langues jouent un rôle déterminant dans le développement, qu’il s’agisse de :