ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale de la Terre nourricière22 avril

L'harmonie avec la nature

Paysage : Sol de Manana et Laguna Colorada, Bolivie (Photo Marianne Morin)

La communauté internationale a tardé à répondre à la problématique posée par le réchauffement climatique et les dégats causés à la planète par les activités humaines. En 1972, s’est tenue la première Conférence de l’ONU sur l’environnement de Stockholm sous l’égide des Nations Unies. Ce sommet a symbolisé l’émergence d’une prise de conscience collective de l’interdépendance existant entre les êtres humains, les autres espèces vivantes et notre planète.

La Journée internationale de la Terre nourricière promeut la vision de la Terre comme une entité qui pourvoit aux besoins de tous les êtres vivants. Cette Journée célèbre la Terre comme un ensemble cohérent au sein duquel nous trouvons notre place. Elle n’a pas vocation à se substituer à d’autres évènements tels que la Journée de la Terre qui est largement fêtée dans le monde, tous les 22 mars, depuis les années soixante-dix. Elle s'attache plutôt à les renforcer et à les réinterpréter sur la base des nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés.

Le 20 avril 2011, l'Assemblée générale a tenu un dialogue interactif sur l'harmonie avec la nature qui a contribué activement et concrètement aux préparatifs de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable de 2012.

Le 22 décembre 2011, l'Assemblée générale EN a adopté la résolution A/RES/66/204 sur l'harmonie avec la nature, demandant un dialogue interactif pour examiner la façon dont les activités humaines affectent le système de la Terre.

En juin 2012, la Conférence de Rio sur le développement durable (Rio+20), au Brésil, avait pour but de façonner de nouvelles politiques visant à promouvoir la prospérité mondiale et la protection de l’environnement. A l'issue de la Conférence, les États Membres de l'ONU ont adopté le document final, « L’avenir que nous voulons ».

Le 22 avril 2013, lors du dialogue interactif, les États Membres et experts ont souligné les liens inextricables entre l’harmonie avec la nature et le développement durable.

Reconnaissant l'importance de cette question, l'Assemblée générale l'a ajouté en juin 2013 à l'ordre du jour de sa 68e session sous le point développement durable.