Historique

La Journée internationale des migrants

La Journée des migrants a été proclamée par l'Assemblée générale le 4 décembre 2000 (résolution A/RES/55/93). Elle commémore l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Il n’existe pas de définition juridiquement reconnue du terme « migrant ». Toutefois, selon les Nations Unies, ce terme désigne « toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer ». Cependant, il est courant d’y inclure certaines catégories de migrants de courte durée, tels que les travailleurs agricoles saisonniers qui se déplacent à l’époque des semis ou des récoltes.

En 2015, le nombre de migrants internationaux et de réfugiés a atteint 244 millions, soit 71 millions (ou 41 %) de plus qu’en 2000. La majorité des migrants internationaux sont des travailleurs migrants en âge de travailler (15 ans et plus). Environ la moitié des migrants internationaux dans le monde sont des femmes et un tiers sont des jeunes, âgés de 15 à 34 ans.

Cependant, les données manquent sur les migrants, leurs contributions à l’économie, les mouvements migratoires irréguliers et bien d’autres aspects de la question.

Migration et développement

Migration et développement sont liés. Les transferts de fonds effectués par les migrants contribuent à réduire la pauvreté et à améliorer notamment l’accès à l’éducation et aux soins de santé. Les migrants font des investissements et des échanges commerciaux qui stimulent la création d’emplois et améliorent la situation de la balance des paiements. Ceux qui retournent chez eux enrichissent leurs communautés de nouvelles compétences et contribuent, ainsi que leurs réseaux, à la croissance économique. Parallèlement, l’émigration massive a un coût pour les pays en développement, surtout lorsque ce sont les plus jeunes et les plus dynamiques sur le plan économique qui partent.

Les migrations jouent un rôle essentiel pour la croissance économique et le développement, notamment en remédiant aux pénuries du marché du travail à tous les niveaux de qualification. Les migrations ont des effets majoritairement positifs, aussi bien pour les pays d’origine que pour les pays d’accueil.

La réalisation des 17 objectifs de développement durable et cibles du Programme de développement durable à l’horizon 2030 permettrait de limiter les migrations motivées par la recherche de meilleures conditions de vie, en ce qu’elle remédierait à certaines causes profondes des mouvements involontaires de réfugiés et de migrants. En outre, elle faciliterait l’adoption de politiques migratoires bien gérées et permettrait de faire baisser les coûts liés à la migration et d’accroître la contribution apportée par les réfugiés et les migrants aux pays aussi bien d’origine que de destination.

Dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, les États Membres ont reconnu les nombreux avantages des migrations et engagé les gouvernements à coopérer au niveau international pour faciliter « la migration et la mobilité de façon ordonnée, sûre, régulière et responsable » (objectif 10.7).

Les Nations Unies et les migrants

Les 14 et 15 septembre 2006, des représentants de haut niveau de tous les États Membres de l’Organisation des Nations Unies se sont réunis en Assemblée générale afin d’étudier l’un des aspects les plus prometteurs des migrations, à savoir leur rapport avec le développement. Les participants ont souligné le caractère universel des migrations internationales et reconnu que les migrations internationales pouvaient être un facteur positif de développement aussi bien dans les pays d’origine que dans les pays de destination, à condition qu’elles s’accompagnent d’un ensemble de politiques appropriées.

La quasi-totalité des États Membres qui ont participé au Dialogue de haut niveau se sont déclarés désireux de poursuivre la concertation mondiale sur les migrations internationales et le développement, à travers la création d’un forum mondial pour traiter des questions liées aux migrations internationales et au développement d’une manière systématique et globale.

Le Forum mondial sur la migration et le développement est un mécanisme volontaire, informel et non contraignant, établi en 2007 et dirigé par des gouvernements, qui vise à améliorer la compréhension des relations entre migration et développement, à promouvoir la coopération dans ce domaine et à favoriser l’adoption de mesures pratiques et orientées vers l’action.

Le 19 septembre 2016, à l’occasion d’un premier Sommet de haut niveau sur les déplacements massifs de réfugiés et migrants, qui a eu lieu au Siège de l’ONU à New York, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté des engagements essentiels visant à renforcer la protection de millions de personnes déplacées de force et qui se déplacent pour d’autres motifs dans le monde entier. Par ce texte, appelé la Déclaration de New York pour les réfugiés et migrants, les États Membres se sont engagés à protéger les droits des réfugiés et des migrants, à sauver des vies et à partager la responsabilité du soutien et de l'accueil de ces réfugiés et migrants. En adoptant cette déclaration, ils se sont aussi engagés à entamer des négociations menant à une conférence internationale et à l'adoption en 2018 d'un pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière.