ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale des migrants
18 décembre

Migrations internationales

Migrations et développement

La fortune des migrants ne se mesure pas simplement en termes monétaires. Les compétences et le savoir-faire qu’ils accumulent jouent aussi un rôle décisif dans le transfert de technologies et de connaissances institutionnelles. Ils inspirent également de nouveaux modes de pensée tant sur le plan social que sur le plan politique. Le secteur des logiciels en Inde s’est imposé en grande partie grâce à l’étroite collaboration qui s’est établie entre les expatriés, les migrants rentrés en Inde et les chefs d’entreprise indiens sur place et à l’étranger. Les Albanais qui travaillent en Grèce en reviennent avec de nouvelles compétences agricoles qui leur permettent d’améliorer la production. En favorisant l’échange de données d’expérience et en contribuant à l’établissement de partenariats, la communauté internationale peut considérablement renforcer et étendre les effets positifs des migrations sur le développement.

Protection des migrants

Faits et chiffres

  • En 2015, on compte environ 232 millions de migrants internationaux dans le monde. Ils étaient 175 millions en 2000.
  • La migration est désormais plus largement répartie à travers plusieurs pays. Aujourd'hui, les 10 premiers pays de destination reçoivent moins de migrants qu'en 2000.
  • Un migrant sur 10 est âgé de moins de 15 ans.
  • Les femmes représentent 49% des migrants dans le monde.
  • En 2008, on dénombrait 26 millions de déplacés internes répartis dans 52 pays.
  • Il y a 16 millions de réfugiés dans le monde actuellement.
  • L'impact des envois de fonds est également important, ayant atteint 401 milliards de dollars l'an dernier - soit près de 4 fois les 126 milliards de dollars d'aide publique au développement (APD).

  • Source : OIM, DAES, HCR.

La crise économique et financière mondiale a exacerbé la vulnérabilité des migrants. Les migrants des deux sexes sont très nombreux à être de plus en plus exposés à l’exploitation et aux mauvais traitements que leur font subir les passeurs et les trafiquants, et ils y laissent quelquefois leur vie. D’autres se trouvent pris au piège derrière un mur de discrimination, de xénophobie et de racisme du fait de la montée des tensions culturelles et religieuses dans certaines sociétés.

Les travailleuses migrantes sont particulièrement vulnérables. Elles subissent des violences et connaissent des violations de leurs droits à chaque étape du cycle migratoire. Cette violence se manifeste sous différentes formes, comme des violences physiques, sexuelles, psychologiques et émotionnelles, ou encore la violence et l’exploitation économiques. Les travailleuses migrantes sans papiers restent les plus exposées à la violence, à l’exploitation et à la discrimination.

La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille est entrée en vigueur le 1er juillet 2003. Elle fixe des normes dont les différents États doivent s’inspirer pour établir leurs lois et leurs procédures judiciaires et administratives.

Coopération intergouvernementale

Suite au Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement en 2006, la coopération intergouvernementale dans le domaine des migrations s’est considérablement accrue. Les groupes intergouvernementaux et les processus de consultation régionaux s’intéressent de plus en plus aux enjeux des migrations internationales pour le développement.

Le Forum mondial sur la migration et le développement est un processus consultatif volontaire, non contraignant et officieux, organisé sous la direction des États Membres de l’Organisation des Nations Unies et les observateurs et ouvert à tous. Étant une instance qui permet aux gouvernements d’examiner systématiquement et de manière approfondie des questions portant sur la migration internationale et le développement, le Forum mondial réunit des experts des gouvernements venant de toutes les régions, favorise le dialogue, la coopération et les partenariats et permet d’obtenir des résultats pratiques et tournés vers l’action aux niveaux national, régional et mondial.