ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale des peuples autochtones
9 août

Message de la Directrice générale de l'UNESCO

Message à l'occasion de la Journée internationale des peuples autochtones 2011

Du désert du Kalahari à l’Himalaya, de l’Amazone à l’Arctique, les peuples autochtones du monde entier vivent le changement en première ligne. Ils sont aussi à l’avant-poste de la lutte mondiale pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales, devant chaque jour affronter les problèmes de discrimination et les privations associées à la pauvreté.

La Journée internationale des peuples autochtones nous donne l’occasion de renforcer notre détermination commune à promouvoir les droits et la dignité de ces peuples à travers le monde.

Les peuples autochtones possèdent certaines des clés qui permettent de s’attaquer aux défis mondiaux. Ils parlent la plupart des langues de l’humanité. Leurs modes de subsistance associent diversité culturelle et diversité biologique. Ils ont mis au point des systèmes de savoirs qui donnent un éclairage inédit sur le développement durable.

Cette année, la Journée internationale est organisée sur le thème « Les conceptions autochtones : Célébrer des histoires et des cultures, façonner notre propre avenir ». Alors que nous nous employons à promouvoir un développement durable et équitable, il est vital que nous entendions les voix des peuples autochtones. Il est impératif que nous tirions parti de leurs savoirs.

Pour ce faire, il faut tout d’abord protéger leurs droits individuels et leurs libertés fondamentales. L’adoption de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones par l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2007 a marqué un tournant. Bénéficiant d’un soutien de plus en plus large, la Déclaration est devenue le point de référence pour promouvoir l’équité, l’inclusion et la justice sociale.

La contribution de l’UNESCO commence par une action normative. La Déclaration universelle sur la diversité culturelle, dont nous célébrons cette année le 10e anniversaire, et les conventions consacrées à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) ainsi qu’à la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) représentent des étapes importantes dans la reconnaissance des peuples autochtones en tant que gardiens irremplaçables de la diversité culturelle et de la biodiversité. Pour l’UNESCO, le développement et la culture doivent progresser de pair, en commençant par les cultures des peuples les plus marginalisés.

Nous oeuvrons également à la promotion des systèmes de savoirs des peuples autochtones. Notre programme en faveur des Systèmes de savoirs locaux et autochtones a pour objet la reconnaissance mondiale de l’importance des savoirs autochtones pour la compréhension des conséquences du changement climatique et l’élaboration de moyens permettant de s’adapter au niveau local. Il est indispensable que nous intégrions ces savoirs dans les approches mondiales du changement climatique.

L’UNESCO s’emploie également à protéger les langues menacées. Nous pilotons, à l’échelle mondiale, des activités visant à évaluer la vitalité des langues en tant qu’indicateur de l’état et des tendances des savoirs traditionnels des communautés autochtones et locales. Dans ce contexte, nous collaborons avec le Partenariat relatif aux indicateurs de biodiversité du Centre mondial de surveillance de la conservation et dans le cadre des objectifs pour 2020 de la Convention sur la diversité biologique.

À partir de là, l’UNESCO s’emploie actuellement à affiner son approche globale de l’appui apporté aux peuples autochtones. Cela nous amène aujourd’hui à réfléchir aux objectifs que nous allons fixer pour l’avenir, en particulier après 2015 et les Objectifs du Millénaire pour le développement. Les peuples autochtones ont des besoins bien précis mais ils possèdent aussi une expérience très précieuse à l’échelle universelle, expérience dont nous pouvons tirer parti pour réduire la pauvreté, assurer un enseignement équitable et pérenniser l’environnement.

Au XXIe siècle, le développement doit être façonné par chaque société en fonction des besoins locaux, et il doit satisfaire aux aspirations des peuples autochtones. C’est dans cet esprit que l’UNESCO oriente son action. Cette idée doit inspirer tous les gouvernements et toutes les organisations internationales. En forgeant leur propre futur, les peuples autochtones édifient un avenir d’équité et de justice pour tous.