10 décembre 2010 : Journée des droits de l'homme
Exprimez-vous - Mettez fin à la discrimination

Profils de défenseurs des droits de l'homme

Le travail de ces défenseurs des droits de l'homme de tous les jours qui se battent pour éliminer les discriminations nous inspirent tous.

Lutter courageusement contre la discrimination des homosexuels – Tsedendemberel à Oulan-Bator (Mongolie)

M. Tsedendemberel est le directeur du programme de mobilisation du centre pour lesbiennes, homosexuels, bisexuels et transsexuels, situé à Oulan-Bator, en Mongolie. Ce centre est la première organisation non-gouvernementale de Mongolie chargée de veiller, protéger et garantir les droits des minorités sexuelles. Son rapport sur les droits des minorités sexuelles, soumis au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en 2010, exposa le personnel du centre à des risques pour leur sécurité personnelle. Quand le cas de la Mongolie fut étudié durant l'examen périodique universel du Conseil en novembre 2010, M. Tsedendemberel se rendit à Genève pour « assurer que la voix souvent étouffée de la communauté des minorités sexuelles de Mongolie soit écoutée aux Nations Unies ».

Proclamer les droits des indigènes – Dora Alonso (Guatemala)

Dora Alonso, qui a dix-huit ans, appartient à la grande communauté indigène des Mayas et fait entendre sa voix contre la discrimination des peuples indigènes, en particulier envers les femmes et les filles. Elle est membre du Parlement des enfants du Guatemala, une organisation nationale de l'enfance et de la jeunesse maya, xinca, garifuna et ladino. Le travail du parlement est concentré sur la santé, l'éducation, l'égalité des sexes, le respect des minorités et la prévention de l'exploitation sexuelle et des violences faites aux enfants. Le parlement veille également à la non-discrimination des individus atteints du VIH/sida. Quant à Dora, elle est responsable du service des communications du parlement, chargé de fournir les informations sur l'organisation et de lancer des campagnes de prévention.

Documenter les violations des droits de l'homme partout dans le monde - Roberto Garreton (Chili)

Durant la dictature Pinochet au Chili, M.Garreton fut arrêté pour avoir publié un article sur les violations des droits de l'homme du régime. Il était membre de l'organisation Vicaría de la Solidaridad, symbole de la lutte pour les droits de l'homme, qui protestait contre les oppressions sous Pinochet, défendait les droits des prisonniers et des victimes de torture et entreprenait des recherches pour retrouver les personnes disparues. Le passé de M.Garreton le prédispose pour son action d'avocat des droits de l'homme et pour son rôle actuel de membre du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, qui s'occupe des plaintes provenant d'individus ou de groupes concernant les cas de privation arbitraire de liberté. De 1994 à 2001, M. Garreton servit également comme Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans la République démocratique du Congo, étant chargé de documenter les violations des droits de l'homme dans ce pays.

Se servir de la loi pour combattre les discriminations raciales et autres – Gay McDougall (USA)

Mme Gay McDougall, avocate des droits de l'homme, ayant un long passé de militante pour les droits civils, est actuellement la première Experte indépendante des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités. Ayant grandi à Atlanta, en Géorgie, sous la discrimination raciale, Mme McDougall était exclue de nombreux lieux publics quand elle n'était qu'une enfant. Elle fut la première étudiante noire à être admise à son collège et elle fit face au quotidien à la discrimination et au racisme. Puis elle est devenue la directrice exécutive de l'O.N.G. internationale « Global Rights », basée aux États-Unis, de 1994 à 2006. Parmi les nombreuses fonctions internationales qu'elle a occupées, elle a notamment servi comme experte indépendante à l'organe des Nations Unies créé pour superviser la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale et fut l'un des cinq membres internationaux de la Commission électorale indépendante de l'Afrique du Sud, laquelle organisa avec succès et géra les premières élections indépendantes des races dans ce pays.

Mettre fin au cercle vicieux de la discrimination contre les communautés des Rom – Sri Kumar Vishwanathan (Inde/République Tchèque)

Sri Kumar Vishwanathan, originaire de l'Inde, est le défenseur des droits des Rom depuis 14 ans. Il travaille infatigablement à ériger des ponts entre les communautés rom et leurs voisins. Grâce à son initiative, un village de vie en commun a été créé à Ostrava, en République tchèque, où des familles de Rom et d'autres ethnies habitent ensemble et forment une seule communauté intégrée. Il a également établi un dialogue entre les Rom et la police, en lançant un projet dans lequel des femmes rom servent d'assistantes (médiatrices interculturelles) à la police pour aider à mettre fin au cercle vicieux de l'exploitation des familles de Rom par des bandits issus de leur propre communauté. Il est aussi continuellement impliqué dans l'assistance aux familles de Rom victimes d'attaques racistes brutales. Il habite toujours avec sa famille dans l'un des ghettos des Rom les plus opprimés.

Redonner l'espoir aux malades séropositifs - Mé Maphallang Ponoane (Lesotho)

Mme Mé Maphallang Ponoane a souffert personnellement des stigmates et des discriminations de ceux qui sont atteints du VIH et du sida. En tant que veuve et mère de quatre enfants résidant à Lesotho en Afrique du Sud, elle a courageusement décidé de parler ouvertement de la séropositivité de sa famille, de la communauté et du district tout entier. En 2004, à la suite de sa convalescence après une longue maladie reliée au VIH/sida, Mme Ponoane se joignit à un groupe de soutien de son district. Ce groupe a maintenant pour mission de mobiliser les communautés contre les stigmates et les discriminations auxquels sont exposées les malades et d'apporter soins et soutien à ses membres. Mme Ponoane travaille comme « patiente experte » et sœur laïque à l'hôpital gouvernemental de Quthing, redonnant espoir aux patients séropositifs et tuberculeux.