ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée mondiale de l'habitat
1er octobre

Message du Secrétaire général de l'ONU

1er octobre 2007

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle civilisation urbaine. La moitié de l’humanité vit désormais dans des villes, petites ou grandes, et l’on estime que d’ici à 2030, les deux tiers des habitants de la planète seront des citadins.

À ce tournant dans l’histoire de l’humanité, les études montrent que la délinquance urbaine est en hausse partout. Or, la peur que cette délinquance suscite est l’un des facteurs qui influent le plus sur notre vie quotidienne. Dans un trop grand nombre de villes de par le monde, elle conditionne le choix des lieux où l’on vit, où l’on fait ses courses, où l’on travaille et où l’on se détend, au préjudice du progrès de l’humanité et du développement économique, surtout dans un monde où, pour la première fois, le nombre d’habitants de taudis devrait dépasser le milliard. Dans un grand nombre de pays, la délinquance est à l’origine de la fracture urbaine entre les quartiers sur le déclin, où règnent les armes, les viols, les vols et la violence, et les quartiers riches dont les habitants ont les moyens de se protéger davantage.

Dans les bidonvilles et dans les quartiers pauvres, la sécurité d’occupation est inexistante, les équipements collectifs et les services de santé font défaut et les risques liés aux catastrophes engendrées par les changements climatiques sont les plus grands. Cette année, la Journée mondiale de l’habitat est l’occasion d’inciter les responsables des villes à s’efforcer de réduire la délinquance, de renforcer la sécurité d’occupation et d’atténuer les effets des changements climatiques. Pour reprendre le thème si bien choisi de cette Journée, « Une ville sûre est une ville juste ».

Alors que nous sommes à mi-chemin de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, profitons de cette occasion pour réfléchir à la façon dont nous pouvons mieux administrer nos villes. Nombreuses sont les formes de délinquance urbaine qui ignorent les frontières locales et nationales, nécessitant ainsi une plus grande coopération entre tous les secteurs de l’administration et la société civile. Nous devons investir davantage dans nos enfants et dans nos jeunes, surtout dans ceux d’entre eux qui risquent de se trouver marginalisés et de tomber dans la délinquance afin d’échapper aux dures réalités de la pauvreté et de la privation. Veillons aussi à redoubler d’efforts dans le domaine de l’énergie, car ce sont nos villes qui polluent le plus, et nous devons trouver des solutions innovantes à la mesure de leur taille.

En cette Journée mondiale de l’habitat, engageons-nous à faire en sorte que toutes les villes du monde soient plus sûres, plus vertes et plus ouvertes pour chacun.