ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale de la prévention des catastrophes
12 octobre

Message du Secrétaire général de l'ONU

Journée internationale de la prévention des catastrophes, 12 octobre 2005

L’année écoulée a rappelé à tous les habitants du monde qu’aucun endroit de la planète n’est à l’abri des catastrophes naturelles. Le tremblement de terre géant et le tsunami dans l’océan Indien, les ravages de la sécheresse et des acridiens en Afrique, les ouragans et les cyclones dévastateurs aux États-Unis, dans les Caraïbes et dans le Pacifique, comme les fortes inondations dans toute l’Europe et l’Asie, ont fait des centaines de milliers de morts, et laissé des millions de personnes sans ressources.

L’enseignement à en tirer est résumé dans le thème choisi cette année pour la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles : « Investir pour prévenir les catastrophes ». Nous ne pouvons pas arrêter les calamités naturelles, mais nous pouvons et nous devons mieux équiper les personnes et les communautés pour leur donner les moyens d’y résister. Les plus vulnérables, face à la nature déchaînée, sont généralement les plus pauvres. Dès lors, si nous réduisons la misère, nous réduisons aussi la vulnérabilité.

En cette année internationale du microcrédit, il nous faut reconnaître que le microfinancement offre des moyens puissants d’autonomiser ceux qui n’ont pas, ou peu, accès aux institutions financières de type classique, et par là de réduire les risques des catastrophes naturelles et d’améliorer la gestion des catastrophes. En diversifiant les sources de revenus des populations très exposées au risque, et en encourageant l’assurance contre les catastrophes, le microfinancement concourt à renforcer les dispositifs de survie avant les catastrophes, et à rendre le relèvement plus rapide après leur passage.

Ce sont des démarches novatrices de ce type qu’encourage le Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015, adopté en janvier à la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, et réaffirmé en septembre lors du Sommet mondial au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York. En cette Journée internationale, après une année où nous avons tous dû apprendre des leçons fortes, j’appelle les pouvoirs publics à tous les niveaux, les organisations internationales, les associations de la société civile et le secteur privé à mettre en œuvre ce Cadre d’action, et à investir des ressources dans la réduction de la pauvreté et la prévention des catastrophes, afin de bâtir des communautés résistantes –et de sauver des vies.