ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale de la prévention des catastrophes
13 octobre

Message du Secrétaire général de l'ONU

Journée internationale de la prévention des catastrophes, 13 octobre 2004

Le thème de la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles, « Apprendre des catastrophes d’aujourd’hui pour faire face aux menaces de demain », nous rappelle qu’il incombe à chacun de tirer les enseignements de l’expérience dans ce domaine.

Au lendemain d’une catastrophe, les pouvoirs publics, les entreprises, les associations et les individus devraient tous se demander si les mesures voulues ont été prises pour éviter les pertes humaines et matérielles, par exemple si l’alerte a été donnée aussi vite que possible. Tous doivent prendre la ferme résolution de ne pas répéter les erreurs du passé. Tous doivent collaborer pour améliorer la diffusion de l’information et la prise des décisions, afin que les collectivités soient mieux préparées en cas de nouvelle catastrophe.

Les jeunes doivent eux aussi être encouragés à apprendre ces leçons, que ce soit à l’école, à l’université ou dans le cadre de réseaux communautaires. En participant à des activités éducatives ou à des exercices d’évaluation des risques, ou en s’informant les uns les autres des meilleures dispositions à prendre, les jeunes apprendront des choses qui leur serviront toute leur vie et aideront leur collectivité à mieux se prémunir contre les catastrophes.

Au niveau mondial, il y a beaucoup à apprendre aussi. La Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, qui se tiendra en janvier de l’année prochaine à Kobe, au Japon, donnera aux décideurs et aux experts une excellente occasion de faire le bilan de tous les enseignements tirés de leur expérience directe des catastrophes naturelles ces 10 dernières années, et d’arrêter des orientations claires concernant la mise en pratique de ces enseignements.

Les tremblements de terre, les ouragans, les inondations, les éruptions volcaniques et les autres catastrophes naturelles font partie de la vie. Cela ne veut pas dire que nous ne puissions rien faire pour mieux nous prémunir. Comme on l’a vu lors de la dernière saison des ouragans dans les Caraïbes, mieux les collectivités sont préparées, moins elles risquent d’être sinistrées. Après une catastrophe, la première tâche des équipes locales de secours et de leurs partenaires internationaux est de venir en aide aux victimes. Mais tous les participants doivent aussi veiller à tirer les enseignements de ce qui s’est passé et prendre des dispositions pour que les collectivités soient à l’avenir mieux préparées et donc moins vulnérables, et pour réduire les risques futurs. En cette Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles, montrons que nous sommes résolus à agir dans ce sens.