ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée internationale de solidarité avec les membres
du personnel détenus ou portés disparus 25 mars

Message du Secrétaire général de l'ONU

25 mars 2013

Le 25 mars 1985, Alec Collett a été enlevé par des hommes armés alors qu’il travaillait pour l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) au Liban. Pendant plus de 24 ans, sa femme et sa famille ont prié et n’ont cessé d’espérer jusqu’à ce que sa dépouille ait été enfin retrouvée et identifiée en 2009.

Chaque année, à l’occasion de cette journée, nous honorons la mémoire d’Alec Collett et de tous les autres membres du personnel qui sont portés disparus, sont détenus voire ont été tués au service de l’Organisation. Le drapeau de l’ONU, qui représente l’espoir, la sécurité et une meilleure vie pour les personnes les plus vulnérables, est devenu maintenant une cible en certains endroits. Le personnel des Nations Unies est de plus en plus vulnérable dans l’exercice de ses fonctions.

En 2012, selon les rapports préliminaires, quelque 200 membres du personnel des Nations Unies ont été détenus par des autorités nationales et une trentaine a été enlevée par des acteurs non étatiques; dans 15 de ces cas, l’enlèvement était motivé par des considérations politiques et s’est mué en prise d’otages. Tous les intéressés ont été relâchés en toute sécurité.

Quatorze ans après son entrée en vigueur, la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé a été ratifiée par moins de la moitié des États Membres, et plus de quatre sur cinq États Membres n’ont pas encore ratifié son Protocole de 2005, qui élargit la protection au personnel des opérations des Nations Unies qui fournissent une aide humanitaire, une aide politique ou une aide au développement. La grande majorité des cas où des membres du personnel sont arrêtés, détenus ou portés disparus ne donne pas lieu à poursuites. J’engage les États Membres qui ne l’ont pas encore fait à signer et ratifier la Convention et son Protocole facultatif. Il importe au plus haut point d’assurer la sécurité des membres du personnel.

En ce jour et tous les jours, honorons le courage et le dévouement de tous nos collègues des Nations Unies qui courent tant de risques pour venir en aide aux personnes défavorisées. On ne devrait jamais leur demander de sacrifier leur liberté ou leur vie au service de ces nobles objectifs.